10% des Belges sont aidants proches : l’ASBL "Casa Clara" veut les soutenir et leur permettre de se ressourcer

La crise sanitaire a fêté son premier anniversaire, et avec elle, son lot de conséquences dévastatrices sur les plans sociaux et humains. Isolement, précarité, détresse psychologique n’ont fait que s’accroître, mettant l’accent sur le travail primordial du secteur de l’aide à la personne. Nombreux sont les aidants de l’ombre qui, régulièrement, apportent leur soutien à un proche en difficulté.

Qu’est-ce qu’un aidant proche ?

Des aidants proches, vous en connaissez sûrement. Vous en êtes peut-être même un, et ce, sans le savoir ! Et pour cause : il y en a plus de 211.000 à Bruxelles.

Ce terme désigne toutes les personnes qui apportent régulièrement leur aide à un proche en perte d’autonomie : un parent qui ne travaille plus pour se consacrer pleinement à l’accompagnement de son enfant malade ou en situation de handicap, un enfant qui prend congé pour aider ses parents vieillissants ou encore une conjointe qui marque une pause dans sa carrière pour soutenir son mari à la suite d’un accident. En somme, les individus qui offrent un soutien moral, physique ou matériel de manière quotidienne ou occasionnelle à un proche en difficulté.


Lire aussi : Vous êtes "aidant proche"? Comment obtenir le nouveau statut et à quoi donne-t-il droit ?


Reconnus légalement depuis septembre 2020, les aidants proches occupent aujourd’hui une place essentielle dans le domaine de l’aide à la personne, qui a été renforcée dans le contexte de la crise sanitaire.

Casa Clara, une association qui veut aider les aidants proches

3 images
Fanny Calcus, fondatrice de l’asbl © hospichild

L’histoire de l’association Casa Clara est liée à celle de sa fondatrice, Fanny Calcus, mère de Clara atteinte d’une maladie rare et invalidante. Pour se consacrer entièrement aux soins de sa fille, Fanny met entre parenthèses sa carrière mais elle craint pour l’équilibre de sa famille et pour sa santé mentale. Pour faire face, elle cherche des lieux de répit, d’écoute et de ressourcement à Bruxelles, en vain. En dépit des efforts fournis, Clara s’éteint à l’âge de trois ans. Fanny aimerait créer une maison où les parents qui se trouvent dans la même situation de détresse et d’épuisement, pourraient trouver apaisement et réconfort.

Pour lancer le projet en 2013, ils louent une habitation à côté de chez eux pour y installer la première maison de répit et de ressourcement pour les proches d’enfants malades ou en situation de handicap. Cette maison, ils l’appelleront Casa Clara, en hommage à leur petite fille. Depuis huit ans, l’association ne cesse de grandir et c’est en 2018 qu’elle déménage à Bruxelles pour continuer à se développer.

Prendre soin de soi pour prendre soin de son proche !

3 images
© Getty Images

Fatigue, coups de blues, éloignement de la vie sociale, le quotidien d’un aidant proche peut parfois être douloureux. Pour les aider au mieux, la Casa Clara s’entoure de professionnels qui proposent une écoute et différentes approches personnalisées de ressourcement.

De nombreuses activités sont proposées avec comme but : tisser des liens entre parents et se ressourcer. Relaxation, massage, réflexologie plantaire, yoga, spa, ateliers artistiques, cuisine et activités familiales en plein air.

Pour faire face au confinement et à l’accroissement de la détresse psychologique, causée par un épuisement majeur, la Casa Clara a dû se réinventer. L’association a mis en place des séances de répit sur rendez-vous en trois temps :

  • un temps d’écoute et d’échange ;
  • un soin ;
  • une pause en salle de relaxation.
Des séances qui peuvent être suivies individuellement, en couple ou encore en binôme parent/fratrie.

Une belle initiative qui en aidera plus d’un dans ce cercle vertueux de l’entre-aide.

Plus d’infos : casaclara.be