Une dépendance excessive à votre smartphone pourrait nuire à votre santé

Une dépendance excessive à votre smartphone pourrait nuire à votre santé.
Une dépendance excessive à votre smartphone pourrait nuire à votre santé. - © franckreporter - Getty Images

Avez-vous déjà essayé d'éteindre votre smartphone toute une journée ? Devenu indispensable à notre quotidien, le téléphone mobile présente bien évidemment de nombreux avantages, à condition de ne pas en être totalement dépendant.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs australiens révèle que la nomophobie, qui se caractérise par une peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile, serait à l'origine de comportements dangereux tant pour votre santé que pour celle des autres.

Plus de 99% des personnes interrogées reconnaissent être accros !

Des scientifiques de l'Université Monash à Melbourne se sont intéressés à la nomophobie, contraction de l'expression anglophone "no mobile phone phobia", qui n'est autre que la crainte d'être séparé de son téléphone mobile. Une pathologie qui touche beaucoup plus de personnes que l'on ne pourrait le croire, et qui pourrait se révéler dangereuse tant sur le plan de la santé physique que mentale. 

L'étude a interrogé 2.838 participants sur leurs habitudes d'utilisation, mais également sur leur attachement à leur smartphone. Conduits en Australie, pays dans lequel on compte 109,6 abonnements à la téléphonie mobile pour 100 habitants (contre 103,5 pour 100 habitants à l'échelle mondiale), ces travaux révèlent que 99,2% des participants ont signalé une forme de nomophobie, craignant notamment de ne pas avoir leur téléphone avec eux. En détail, si plus de huit volontaires sur dix étaient atteints d'un niveau de nomophobie léger à modéré, il s'agissait d'un niveau sévère pour pas moins de 13,2% du panel.

Des comportements dangereux pour vous et pour les autres

Les chercheurs ont observé que plus les participants étaient atteints d'un niveau élevé de nomophobie, plus ils étaient susceptibles d'avoir des comportements dangereux, voire illégaux.

Ils ont notamment constaté que plus de quatre participants sur dix (43%) passaient plus de trois heures par jour sur leur téléphone, qu'une utilisation accrue était directement liée à un niveau élevé de nomophobie, et un risque élevé de dépendance problématique, interdite, voire dangereuse.

Les jeunes de 18 à 25 ans présentaient les niveaux les plus élevés de dépendance; les hommes étaient environ deux fois plus susceptibles d'adopter une utilisation dangereuse de leur téléphone que les femmes.

L'étude montre également que les personnes atteintes de nomophobie étaient dix fois plus susceptibles d'utiliser leur téléphone dans un lieu interdit, et quatorze fois plus susceptibles d'adopter un comportement dangereux avec leur smartphone comme le fait de l'utiliser en conduisant une voiture.

"Nos résultats prouvent que la peur d'être sans son téléphone portable peut conduire à une utilisation problématique dépendante, interdite ou dangereuse, dont chaque facteur peut présenter des risques importants pour la santé, tels que la surutilisation, un comportement antisocial ou une utilisation imprudente et physiquement compromettante", concluent les chercheurs.