Troubles du sommeil : des répercussions plus fortes chez les femmes

L'étude montre aussi que les femmes ont plus de chances de se sentir excessivement fatiguées et déprimées, d'avoir des difficultés de concentration, de mémoire et plus de mal à dormir la nuit.
L'étude montre aussi que les femmes ont plus de chances de se sentir excessivement fatiguées et déprimées, d'avoir des difficultés de concentration, de mémoire et plus de mal à dormir la nuit. - © Justin Horrocks / Istock.com

Dépression, somnolence, difficulté à se concentrer, les femmes seraient plus sensibles que les hommes aux répercussions des troubles du sommeil dans leur quotidien, d'après une étude australienne publiée ce mardi 23 mai.

Des chercheurs australiens ont cherché à comprendre si les hommes et les femmes étaient impactés différemment par les troubles du sommeil dans leur vie de tous les jours.

744 patients, suivis pour des problèmes de sommeil à la clinique du sommeil de Coolangatta dans le Queensland en Australie entre 2013 et 2015, ont été évalués dans cette optique via des tests comme l'échelle de somnolence d'Epworth et des questionnaires.

D'après les résultats, les femmes ont plus de probabilités d'associer les troubles du sommeil avec la somnolence pendant la journée, 49% contre 36,9 % pour les hommes. Elles sont également plus susceptibles d'être affectées par les symptômes, liés à cet état somnolent.

L'étude montre aussi que les femmes ont plus de chances de se sentir excessivement fatiguées et déprimées, d'avoir des difficultés de concentration, de mémoire et plus de mal à dormir la nuit.

Preuve que la sensibilité est plus grande chez les femmes, elles sont plus nombreuses à exiger de leur partenaire "ronfleur" qu'il quitte la chambre à coucher alors que le ronflement maintient éveillés de manière égale les femmes et les hommes, selon l'étude.

Ces travaux ont été publiés dans Journal of Clinical Sleep Medicine.

Pour consulter l'étude : http://www.aasmnet.org/jcsm/ViewAbstract.aspx?pid=31011