Pratiquer le foot, le handball ou le basket à l'adolescence aide à prévenir l'ostéoporose

Caractérisée par une perte de la résistance des os qui prédispose aux fractures, l'ostéoporose est définie comme un processus lié au vieillissement, plutôt que comme une maladie. Silencieuse, car sans symptômes, l'ostéoporose affecte les hommes et surtout les femmes à compter de la ménopause, soit après 50 ans en se caractérisant par une perte de la densité osseuse et des fractures, principalement dans les vertèbres, la hanche et le poignet.


L'activité physique est connue pour influencer la santé de l'os. Mais laquelle pratiquer ? C'est à cette question qu'ont voulu répondre des chercheurs de l'université de Castille-La Mancha (Espagne). L'équipe a sélectionné 200 jeunes filles âgées de 9 à 13 ans avant de les répartir en 5 groupes en fonction du sport pratiqué (natation, football, basketball, handball, ainsi qu'un groupe témoin sans aucune pratique sportive). Chacun de ces groupes comportait 2 sous-catégories d'adolescentes prépubères et de jeunes filles pubères. Les chercheurs ont soumis les participantes à 2 types de tests : l'échelle de Tanner pour évaluer le stade de développement sexuel (qui définit les mensurations physiques basées sur les caractéristiques sexuelles primaires et secondaires), ainsi qu'un test de densité osseuse déterminant leur composition corporelle (masse osseuse, masse graisseuse, masse musculaire).

Il apparaît que les sports avec un effet ostéogénique (relatif à la formation de tissus osseux) plus important comme le football, le basket et le hand, s'ils sont pratiqués jeunes, sont la garantie d'une accumulation de masse osseuse plus forte que d'autres sports aux effets moins ostéogéniques comme la natation, soulignent les chercheurs. En effet, cette activité étant pratiquée dans un environnement en apesanteur, les os sont soumis à une moins forte action mécanique.

Ils précisent également que la pratique de 2 heures de sport hebdomadaire à l'école n'est pas suffisante pour bénéficier d'une telle acquisition de la masse osseuse à un jeune âge. "Les résultats révèlent que le type de sport est une variable qui peut influencer la santé osseuse des filles durant l'enfance. Ces données peuvent constituer une méthode utile pour prévenir les maladies osseuses survenant à l'âge adulte", conclut Esther Ubago Guisado, l'auteure principale de cette étude, publiée dans le Journal of Sports Sciences.

Selon la Société de rhumatologie espagnole, 1 femme sur 3 et 1 homme sur 5 souffriront d'une fracture liée à l'ostéoporose après 50 ans.