Montagne : attention aux avalanches

Skier
2 images
Skier - © © dell640

Alors que les férus de glisse profitent de conditions idéales en ce début de vacances d'hiver, les professionnels appellent au respect des règles de sécurité face au risque d'avalanche, qui reste élevé car le manteau neigeux n'est pas encore stabilisé.

Les spécialistes de la montagne recommandent aux vacanciers de skier sur les pistes sécurisées et de faire appel à des professionnels avant de s'aventurer hors piste, où quatre personnes ont trouvé la mort depuis samedi dans les Alpes, toutes victimes d'une avalanche. Une cinquième victime est décédée accidentellement ce week-end sur une piste balisée.

"Il convient de se renseigner impérativement sur l'état du manteau neigeux auprès des pisteurs-secouristes des stations, qui connaissent très bien leur secteur", conseille Dominique Létang, directeur de l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (ANENA).

Il rappelle que la pratique du hors piste implique le respect de consignes de sécurité "essentielles". "Comme celle de s'engager un à un dans la pente en observant plusieurs dizaines ou centaines de mètres entre chaque skieur", précise-t-il.

Pour les pratiquants du hors piste, posséder un détecteur de victimes d'avalanches (DVA), une pelle et une sonde constitue l'équipement indispensable aux yeux des professionnels de la montagne, qui le comparent à la ceinture de sécurité.

Mais tous soulignent également qu'il ne permet pas de prévenir les pièges du manteau neigeux. "Aucun de ces équipements ne permet d'éviter le déclenchement d'une avalanche", confirme le commandant Jean-Baptiste Estachy, du PGHM de Chamonix. "Il n'y a aucune raison de prendre davantage de risques sous prétexte que l'on possède un DVA."
 

Risque d'avalanche souvent élevé

Globalement, l'état actuel du manteau neigeux est jugé "instable" sur l'ensemble des Alpes, mais tend toutefois à s'améliorer lentement depuis quelques jours grâce au "tassement de la neige" constaté sur les massifs. Un phénomène en partie rendu possible en raison de l'apparition progressive d'une "hausse des températures", indiquent les spécialistes.

"La vigilance reste quand même de mise, le risque d'avalanche étant souvent élevé sur la plupart des versants. Il sera en baisse à partir de mardi", explique Dominique Létang.

Pour les professionnels de la montagne, l'inversion des températures va contribuer à stabiliser le manteau neigeux, "sauf dans les versants orientés sud et les zones ombragées, où les avalanches pourront encore se déclencher de façon spontanée", estiment-ils.

Dans les Hautes-Alpes, où un randonneur de 64 ans a trouvé la mort dimanche, emporté par une coulée, le risque d'avalanche restait "fort" lundi, de 4 sur une échelle de 5.

Dans ce département, les risques importants concernaient les massifs du Thabor et du Queyras, faisant une nouvelle victime lundi, un homme de 43 ans qui effectuait une randonnée.

"Sur toutes les orientations du massif du Queyras, les départs d'avalanches spontanées sont fréquents, même aux abords des pistes", souligne le capitaine Nicolas Colombani, du PGHM de Briançon.
 

Savoir renoncer

En Savoie, le risque d'avalanche demeurait également "fort" lundi, notamment sur certains massifs de la Haute-Tarentaise et de la Haute-Maurienne. Le début du réchauffement du manteau neigeux pouvait provoquer des "départs spontanés de coulées quelle que soit l'exposition des versants", selon Météo-France.

Partout ailleurs sur l'arc alpin, le risque avalancheux oscillait entre 2 et 3 sur une échelle de 5.

Pour le commandant du PGHM de Chamonix Jean-Baptiste Estachy, chaque pratiquant du hors piste doit savoir décrypter la montagne et s'interroger sur les dangers encourus, y compris lorsque le risque tombe à 3 sur 5.

"Une lecture liénaire de ce chiffre est trompeuse et ne doit pas être de nature à rassurer. C'est à ce niveau que la majorité des accidents ont lieu car la probabilité d'une avalanche reste importante", affirme-t-il, ajoutant que "le réflexe essentiel est de savoir renoncer".

Vingt-cinq accident mortels causés par une avalanche ont été dénombrés au total par l'ANENA depuis le début de la saison.

 

RTBF Tendance avec AFP