Les fumeurs consomment 200 calories de plus par jour

Les fumeurs consomment 200 calories de plus par jour
Les fumeurs consomment 200 calories de plus par jour - © monkeybusinessimages - Getty Images/iStockphoto

La consommation de tabac, quelle que soit sa fréquence, est associée à un régime alimentaire de mauvaise qualité, conclue une équipe de chercheurs américains qui publient leurs résultats dans la revue médicale BMC Public Health.

 

Après avoir scruté le régime alimentaire de 5.293 individus, les auteurs de l'étude ont constaté que les fumeurs consommaient environ 200 calories de plus par jour alors que leur assiette était moins garnie que celle des non-fumeurs ou anciens fumeurs.

Même s'ils mangent moins que les non-fumeurs ou anciens fumeurs, les fumeurs se tourneraient vers des produits plus riches en calories, suggère l'étude.

 

En effet, l'étude montre que les non-fumeurs ont consommé plus de nourriture mais qui contenait moins de calories. Leur compteur calorique affichait autour de 1,79 calories par gramme de nourriture contre 2,02 kcal/g pour les fumeurs quotidiens et 1,89 kcal/g pour les fumeurs occasionnels.

Avoir un statut d'ex-fumeur semble jouer un rôle sur les choix alimentaires. Les anciens fumeurs de l'étude ont consommé plus de calories par gramme de nourriture, soit 1.84 kcal/g, que les personnes qui n'avaient jamais touché à une cigarette (1,79 Kcl/g), bien que ces niveaux restent inférieurs à ceux des fumeurs actuels.

 

De plus, en consommant moins de fruits et légumes, les fumeurs se priveraient de vitamine C, entre autres, les exposant à des risques de maladies cardiovasculaires et de cancer, indique l'étude.

Si l'on souhaite arrêter de fumer, les auteurs de l'étude recommandent de surveiller ses apports nutritionnels en mangeant moins gras et moins sucré pour éviter la prise de poids redoutée - environ 3 kg - dans le cadre du sevrage. 

 

A noter que, si les fumeurs consomment 200 calories de plus par jour, ils en brûlent environ 250 à 300 pour 20 cigarettes du fait de l'accélération du métabolisme, d'où la nécessité de surveiller son alimentation à l'arrêt.

Consulter l'étude (en anglais): ici.