Le stress au travail, finalement pas coupable des kilos en trop

Le stress au travail, finalement pas coupable des kilos en trop
Le stress au travail, finalement pas coupable des kilos en trop - © grinvalds - Getty Images/iStockphoto

De nombreuses études ont souvent accusé le stress professionnel d'être responsable du surpoids... Peut-être à tort, si l'on en croit cette nouvelle recherche européenne.

Selon de nombreuses études, le stress aurait un impact sur le poids et serait responsable de l'obésité. Grignotage et comportements addictifs ou compulsifs et déséquilibre alimentaire seraient en effet provoqués par l'instabilité d'émotions mal gérées.

Cette nouvelle étude tente de comprendre jusqu'à quel point le stress professionnel peut être lié au développement du surpoids chez des individus de corpulence normale.

Un groupe de chercheurs européens a travaillé à partir des données issues de 8 études scientifiques déjà publiées sur ce thèmes. Toutes impliquaient au total plus de 60.000 salariés ayant rapporté un niveau de stress élevé sur leur lieu de travail. Les participants avaient également été pesés avant et après la fin de l'expérience.

Les chercheurs ont indiqué dans la revue International Journal of Obesity du 4 juin que les résultats de ces 8 études n'ont montré aucun lien direct entre stress professionnel et prise de poids ou obésité.

L'équipe a même constaté que les participants qui avaient vu leur niveau de stress au travail baisser n'avaient pas pour autant expérimenté de perte de poids correspondante. Une réduction de la tension vécue professionnellement ne semble donc pas être associée à une diminution de l'obésité.

L'un des groupes de volontaires ayant pris du poids était composé en majorité d'hommes et de femmes passés d'une situation professionnelle calme et sans contraintes majeures à un poste soumis à plus de stress et d'angoisse en découlant, ont pu souligner les chercheurs.

Ils en déduisent que l'altération du niveau de stress professionnel ferait prendre plus de poids que l'incidence du stress en lui même.

Ainsi, un changement de poste augmentant la charge de travail et la pression subie serait par exemple plus nocif pour la ligne qu'un certain stress professionnel subi au quotidien.

Si beaucoup dépend de la perception du stress qu'ont pu donner les participants des 8 études, ces résultats méritent néanmoins, selon eux, d'être étudiés de plus près.

Favoriser le bien-être en entreprise serait dans tous les cas l'une des solutions les plus utiles et envisageables pour remédier à ce problème de santé publique.

En mars 2014, l'American Journal of Preventive Medicine avait publié une étude sur l'obésité au travail et montré que les métiers les plus à risque étaient ceux de l'administration publique et du domaine de la santé.