Le ski hok, une glisse douce à tester cet hiver

Conçu pour la poudreuse, le ski hok est idéal pour se déplacer en forêt plus rapidement et en déployant moins d'efforts qu'avec des raquettes.
Conçu pour la poudreuse, le ski hok est idéal pour se déplacer en forêt plus rapidement et en déployant moins d'efforts qu'avec des raquettes. - © AFP

A mi-chemin entre les raquettes et le ski, le ski hok, venu du canada, fait son entrée dans les stations françaises. Ce sport, apparenté à une glisse douce, permet d'alterner les montées et les descentes en se faufilant en forêt, hors des sentiers battus.

 

Les amateurs de bien-être et de grands espaces vont aimer cette nouvelle discipline, inventée par un Québécois et un Américain amoureux de skis : le ski hok.

Ce sport, pratiqué depuis des siècles dans les monts Altai, en Sibérie, est un mélange entre la randonnée en raquettes et le ski de randonnée de type nordique. Comme en télémark, le talon de la chaussure n'est jamais fixé, même à la descente. Le ski est court et équipé de peaux de phoques dessous. Côté matériel, les  bottes de neige et les chaussures de randonnée pédestres peuvent s'adapter à la planche.

Conçu pour la poudreuse, le ski hok est idéal pour monter sans glisser et se déplacer en forêt plus rapidement et en déployant moins d'efforts qu'avec des raquettes. Les non skieurs peuvent d'ailleurs goûter aux premières sensations de neige et de glisse avec ce sport physique, mais doux. 

Concrètement, il faut poser tout son poids sur la planche avant en fléchissant bien la jambe, comme si on faisait une fente. Les réflexes acquis en ski de fond ou ski nordique ou même alpin ne seront donc pas d'une grande aide. Quand la vitesse diminue avec la friction des peaux sur la neige, on pousse pour passer l'autre jambe devant et recommencer la flexion, en passant de gauche à droite et ainsi de suite.

Pour s'initier à la discipline, plusieurs stations françaises ont organisé des sessions découverte et louent du matériel. Le Vercors, le Jura, le Massif Central, les Vosges, sont des terres de prédilection pour le ski-raquette.

Dans le massif de la Chartreuse, par exemple, des randonnées à la journée ou demi journée sont proposées. L'office du tourisme a concocté des offres week-end autour de la discipline comprenant l'hébergement
pour 3 jours / 2 nuits en chambre d'hôtes épis (Gîtes de France) avec petit déjeuner, les sessions ski-hok (samedi matin et dimanche journée), une session du samedi soir en nocturne offerte ainsi que la location du matériel (274 euros).

Dans le Jura, l'école de ski nordique des Rousses permet de découvrir l'activité. Les moniteurs guident de petits groupes de 8 personnes dans le massif. 

En Auvergne, le ski hok a le vent en poupe. L' hiver dernier, la station de Valéjuols dans le Cantal a  fait l'acquisition de onze paires de skis Hok de marque Altaï (États-Unis), dont huit grâce au site Internet de financement participatif Ulule. Trois pistes accessibles au ski-raquette ont été balisées en forêt du Ché, chacune avec son niveau de difficulté et proposant des paysages variés, des hauts-plateaux d'estives au cœur de la forêt.