Le plein d'antioxydants, oui mais pourquoi ?

Les scientifiques conseillent de manger des aliments antioxydants parce qu'ils sont indispensables pour préserver la santé et lutter contre les fameux radicaux libres.
Les scientifiques conseillent de manger des aliments antioxydants parce qu'ils sont indispensables pour préserver la santé et lutter contre les fameux radicaux libres. - © Foxys_forest_manufacture - Getty Images/iStockphoto

Les scientifiques conseillent de manger des aliments contenant des antioxydants parce qu'ils sont indispensables pour préserver la santé et lutter contre les fameux radicaux libres.

Mis récemment sur un piédestal, les antioxydants sont considérés comme des alliés incontournables pour lutter contre certaines maladies, limiter les effets du vieillissement tout en renforçant le système immunitaire.

 

Antioxydants contre les radicaux libres

Les radicaux libres se forment dans l'organisme au cours d'un processus métabolique appelé oxydation. Les cellules de l'organisme utilisent l'oxygène comme un carburant. Ce dernier génère la production de radicaux libres, qui permettent d'entretenir et de nettoyer l'organisme des cellules mortes ou déficientes en les oxydant.

Ils participent également au processus de défense de l'organisme contre les attaques virales et bactériennes, en utilisant ce même procédant pro-oxydant. Cependant, une trop grande exposition à certains facteurs de risques (pollution, soleil, tabac, alcool, stress) ou un déficit d'apport de l'alimentation en substances antioxydantes peut dérégler la machine et provoquer la surproduction de radicaux libres, qui détériore le fonctionnement des cellules, anticipant ou accélérant ainsi la dégénérescence normale des cellules liée au vieillissement.

 

Le stress oxydatif

Un trop grand nombre de radicaux libres affaiblit le corps. Pour le bon fonctionnement de l'organisme, il faut que le nombre des radicaux libres et celui des piégeurs de radicaux libres, en l'occurrence les antioxydants, soient équilibrés. Si la balance penche du côté des radicaux libres, on parle de « stress oxydatif ». Des chercheurs estiment aujourd'hui que le stress oxydatif serait coresponsable de maladies telles que l'artériosclérose, les troubles cardiovasculaires et l'arthrite, sans oublier le vieillissement prématuré de la peau.

 

Le pouvoir antioxydant des vitamines

La vitamine C ou acide ascorbique est une substance antioxydante majeure. Elle est présente dans tous les fruits et les légumes frais, et particulièrement dans l'acérola, les agrumes, le poivron rouge, etc. La vitamine E constitue par ailleurs un antioxydant de choix, qui reste à disposition en cas de stress oxydatif. Elle est concentrée dans les graisses corporelles et dans les membranes des cellules, où elle est particulièrement rapide pour désamorcer les radicaux libres. Les huiles végétales sont les plus riches en vitamine E. Les noisettes et les légumes verts à feuilles sont également de bonnes sources. Cet antioxydant résiste à la chaleur, on peut donc cuire les légumes et chauffer modérément les huiles.

 

Les flavonoïdes

Selon certaines études, l'extrait de thé vert ou de pépins de raisin et différents flavonoïdes, telle la rutine, pourrait réduire les risques de cancer et de maladie cardiaque. Certains phytonutriments ont une action privilégiée sur des tissus ou des organes spécifiques. Ainsi, les extraits de myrtille, riches en anthocyanosides (pigments flavonoïdes), améliorent l'état de la rétine. Les antioxydants des extraits de ginseng agissent sur la circulation cérébrale.

 

Antioxydants : quelles sources ?

La principale source d'antioxydants naturels sont les fruits, les légumes, les noix, les légumineuses, mais pas seulement. On en trouve également dans la viande et le poisson, sous réserve qu'ils aient été élevés de façon traditionnelle.

Pour profiter de tous ces antioxydants qui sont à portée de main, il est préférable d'opter pour des aliments végétaux non raffinés et issus de l'agriculture biologique.

Il peut être intéressant de faire des cures de compléments alimentaires riches en antioxydants. Pour conserver leur intérêt, ces cures doivent être variées et s'échelonner pendant 2 mois, 3 à 4 fois par an maximum.