Le brocoli pourrait bientôt offrir des propriétés santé encore plus poussées

Le brocoli pourrait bientôt offrir des propriétés santé encore plus poussées
Le brocoli pourrait bientôt offrir des propriétés santé encore plus poussées - © iStock/canyonos

Déjà reconnu pour ses propriétés santé, le brocoli pourrait devenir un aliment encore plus bénéfique depuis qu'une équipe de chercheurs a identifié les gènes qui régissent ses composés phénoliques.


Les composés phénoliques offrent de nombreux bienfaits pour la santé du fait de leur concentration en flavonoïdes, qui circulent dans le corps via le système sanguin. Ces derniers réduisent l'inflammation et le risque de maladie coronarienne, de diabète de type 2, d'asthme et d'autres types de cancers.

Comme le corps ne produit pas de flavonoïdes de lui-même, il est nécessaire de les intégrer à son alimentation, avec des légumes crucifères tels que le brocoli (ou les choux, navet, kale...) tous les trois ou quatre jours pour tirer profit de leurs bienfaits pour la santé. À noter que ces légumes gardent leurs propriétés, même une fois cuits.

Or, des chercheurs de l'université de l'Illinois ont découvert les gènes qui contrôlent l'accumulation des composés phénoliques du brocoli, une importante découverte pour la culture de ce légume (et des autres crucifères).

"Les composés phénoliques disposent d'une bonne activité antioxydante, et il existe de plus en plus de preuves que cette activité antioxydante affecte les voies biochimiques affiliées à l'inflammation chez les mammifères. Nous avons besoin de l'inflammation parce que c'est la réponse du corps en présence d'une maladie ou d'une blessure, mais elle est aussi associée au commencement d'un certain nombre de maladies dégénératives. Les personnes qui adoptent une alimentation qui intègre un certain niveau de ces composés verront baisser leur risque de contracter ces maladies", explique Jack Juvik, généticien à l'université de l'Illinois.

Mais à propos de la possibilité d'un programme de culture spécifique qui permettrait de doper les niveaux de composés phénoliques, le professeur Juvik explique que "cela va prendre du temps". Et d'ajouter que "ce travail est une étape dans cette direction, mais ce n'est pas la réponse finale. Nous prévoyons de prendre les gènes candidats que nous avons identifiés ici et de les utiliser lors d'un programme de culture pour améliorer la santé et les bienfaits de ces légumes. Pendant ce temps, nous devrons nous assurer que le rendement, l'apparence et le goût seront aussi maintenus".

Les dernières recherches du professeur Juvik, parues ce mois-ci dans la revue Molecular Breeding, s'inscrivent dans la continuité de celles publiées en 2014 qui avaient débouché sur une nouvelle manière naturelle et abordable de produire du super-brocoli pouvant rester plus longtemps sur les étals.

Une autre variété de brocoli survitaminé est déjà disponible au Royaume-Uni. Appelé Beneforté, il a été développé par des chercheurs britanniques en recourant à des techniques de cultures conventionnelles. Ses concepteurs soulignent qu'il contient une dose supplémentaire de glucoraphanine, censé aider à réduire les risques de maladies cardiaques et certaines formes de cancer.