Dimanche, retour à une heure d'hiver en sursis

 

A trois heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche, les horloges reculeront de 60 minutes: on dormira donc (théoriquement) "une heure de plus".

Mais ce changement semestriel d'heure (passage à l'heure d'hiver le dernier dimanche d'octobre, à l'heure d'été le dernier dimanche de mars) est très contesté pour son effet sur les rythmes biologiques, notamment par des médecins ou des parents d'enfants en âge scolaire.

 

Au niveau européen, où le régime du changement d'heure a été harmonisé en 1980 (justifié à l'époque par des économies d'énergie, dont la réalité est discutée), la Commission européenne a proposé en septembre 2018 de le supprimer... en 2019. Mais finalement, le Parlement européen a voté en mars dernier un report à 2021.

Il s'agit notamment d'inciter les pays à harmoniser leur choix d'heure légale afin d'éviter d'aboutir à un patchwork de fuseaux horaires entre voisins.

En France, une consultation en ligne organisée en février par la commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale avait reçu plus de deux millions de réponses, massivement (83,74%) en faveur de la fin du changement d'heure. Plus de 60% des personnes ayant participé assuraient avoir eu "une expérience négative ou très négative". Quant à l'heure à laquelle rester tout l'année, l'heure d'été (en France UTC +2) a eu la préférence de 59% des participants.