Confinement : faire le ménage ou monter les escaliers serait bénéfique pour votre bien-être

Le simple fait de prendre les escaliers au quotidien pourrait être bénéfique pour votre santé mentale, révèle une étude.
3 images
Le simple fait de prendre les escaliers au quotidien pourrait être bénéfique pour votre santé mentale, révèle une étude. - © Nikada / IStock.com

Les activités ménagères, mais également les trajets quotidiens à pied, pourraient permettre de booster votre énergie et améliorer votre bien-être, révèle une étude menée par des chercheurs de l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) et de l’Institut central de santé mentale (CIMH) de Mannheim.

Si l’on sait déjà que la marche et le ménage réduiraient les symptômes de sclérose en plaques et que l’activité physique avait un impact positif sur la santé mentale en général, des chercheurs se sont cette fois intéressés aux vertus de certaines activités du quotidien.

Publiée dans la revue Science Advances, l’étude montre que faire le ménage, monter les escaliers, ou encore privilégier la marche à la voiture pour de courts trajets, pourrait améliorer le bien-être de façon considérable. Comme le bus, le vélo et la marche seront les trois modes de transport principaux en 2050, nous sommes en bonne passe d’être de meilleure humeur dans le futur.

Des recherches qui arrivent à point nommé alors que les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont engendré la fermeture des salles de sport et que le confinement est source d’anxiété et de stress. Heureusement, il nous reste la nature et les espaces verts comme remède efficace contre l’anxiété !

Les zones cérébrales en jeu lors de l'activité physique

Pour parvenir à ce constat, les chercheurs ont soumis 67 personnes à des évaluations spécifiques pour déterminer l’impact de l’activité physique quotidienne sur la vigilance durant sept jours. Ils ont pu observer dans un premier temps que les participants se sentaient plus alertes et dynamiques juste après l’activité physique, et que ces deux caractéristiques étaient associées au bien-être et à la santé psychique.

Dans un second temps, les auteurs de l’étude ont analysé le volume de matière grise du cerveau d’un groupe de 83 personnes à l’aide d’une tomographie par résonance magnétique pour déterminer quelles zones cérébrales jouaient un rôle dans ces processus quotidiens.

Ils ont découvert que le cortex cingulaire sous-génital était important dans l’interaction entre ces activités quotidiennes et le bien-être, précisant que c’est dans cette région du cerveau que les émotions et la résistance aux troubles psychiatriques étaient régulées.


Lire aussi : Regarder des vidéos de ces animaux peut réduire votre stress de 50%, d’après une étude


L’activité physique a un impact positif sur le bien-être

"Les personnes ayant un plus petit volume de matière grise cérébrale dans cette région et un risque plus élevé de troubles psychiatriques se sentaient moins dynamiques lorsqu’elles étaient physiquement inactives. Après une activité quotidienne, cependant, ces personnes se sentaient encore plus dynamiques que celles avec un volume cérébral plus important", explique le professeur Heike Tost, qui a participé à l’étude.

Ces recherches montrent que le fait de préférer les escaliers à l’ascenseur pourrait avoir un impact positif sur le bien-être, et davantage encore pour les personnes susceptibles de souffrir de troubles psychiatriques. Il est donc important de diminuer les temps d’écran et d’augmenter l’activité physique, deux dangers qui planent sur la santé mentale deux tiers des ados.

Les scientifiques estiment que ces résultats pourraient permettre à terme de créer une application pour smartphone qui inciterait les utilisateurs à être plus actifs pour se sentir mieux en cas de baisse d’énergie. Il existe déjà de nombreuses applications pour méditer et prendre le temps de se recentrer sur le positif en ces temps difficiles moralement pour tout le monde.

En attendant le développement d’un tel outil, ces recherches pourraient aider un grand nombre de personnes qui souffrent de stress, d’anxiété, voire de dépression, depuis le début de la crise sanitaire : se forcer à bouger pour notre bien !

"Actuellement, nous sommes confrontés à de fortes restrictions de la vie publique et des contacts sociaux, ce qui peut nuire à notre bien-être. Pour se sentir mieux, il peut être utile de monter plus souvent les escaliers", conseille le professeur Heike Tost.