Avion : attention si vous souffrez d'une pathologie

Figurine d'avion
Figurine d'avion - © © iStock - NiseriN

Femmes enceintes, personnes souffrant de maladies ou en surpoids ont parfois été contraintes de débarquer. Que dit la législation aérienne en la matière ? Quels facteurs peuvent empêcher un passager d'embarquer dans un avion ?

Voyager en avion avec une pathologie est parfois mission impossible. Elizabeth Sedway, une Américaine de 51 ans atteinte d'un cancer, en a fait l'amère expérience le 7 avril dernier. Des difficultés exacerbées par le flou qui règne sur des conditions liées au transport aérien des personnes malades et par les différences d'une compagnie aérienne à l'autre.

La plupart d'entre elles prévoient qu'un certificat médical d'aptitude déclarant leur capacité à prendre l'avion doit être présenté, notamment en cas de maladie contagieuse comme la grippe.

Les dernières législations, mises en place en 2005, indiquent que "les compagnies aériennes ont le droit de refuser de prendre des passagers présentant des problèmes qui risquent de s'aggraver ou d'avoir de graves conséquences durant le vol. Elles peuvent demander l'autorisation de leur conseiller médical s'il leur semble qu'un passager souffre d'une maladie ou d'un trouble mental ou physique". Elles précisent également que si l'équipage soupçonne qu'un passager est malade, ou le juge trop faible (état fébrile, difficultés à se mouvoir), il peut en informer le commandant de bord qui prendra la décision de laisser embraquer, ou non, le passager. Il en est de même avec l'état d'ébriété et l'irritabilité éventuelle.

Certaines compagnies autorisent le passager malade à bord seulement si ce dernier est accompagné d'un aidant ou d'une personne capable de prodiguer les soins nécessaires en vol.

Les précautions nécessaires doivent être prises à bord. Les voyageurs atteints de maladies chroniques comme le diabète, l'hypertension artérielle, ou souffrant de troubles cardiovasculaires, de maladies respiratoires ou d'un cancer doivent se munir de leurs médicaments à bord (et présenter leur prescription médicale le cas échéant pour l'enregistrement).

Il est conseillé à tous ceux qui viennent de subir une intervention chirurgicale ou "ne sont pas sûrs de pouvoir voyager pour toute autre raison" de consulter préalablement leur médecin.

L'avis d'un professionnel de santé est également nécessaire pour embarquer des nourrissons de plus de 7 jours nés prématurément, les femmes enceintes après la 28e semaine de grossesse et jusqu'à la 36e semaine (ou 32e semaine pour des naissances multiples).
 

Les contre-indications au transport aérien restent les suivantes :

- En cas d'anémie ou de drépanocytose et maladie sanguine.

- Patients souffrant d'otites.

- Nourrissons de moins de 7 jours.

- Dernier mois de la grossesse.

- En cas d'insuffisance cardiaque grave ou d’infarctus du myocarde compliqué.

- Patients venant d'être opérés d'un problème coronarien.

- Certaines maladies pulmonaires comme le pneumothorax.

En cas d'urgence, et si un médecin ne se trouve pas à bord du vol, le commandant de bord est néanmoins chargé de faire atterrir l'avion dans les plus brefs délais pour une meilleure prise en charge.

 

RTBF TENDANCE avec AFP