Attention, la "belle" nourriture n'est pas nécessairement "plus saine"

Alors que les fêtes approchent, les publicités alimentaires affichées dans les supermarchés s'en donnent à cœur joie dans la présentation des victuailles. Saumon fumé étincelant, bûche industrielle aux mille couleurs surplombée de glaçage... De quoi mettre l'eau à la bouche des gourmands.

Mais gardons en tête que si certains aliments peuvent sembler alléchants, ils ne sont, bien sûr, pas automatiquement meilleurs pour notre santé.

Un penchant naturel pour la "jolie" nourriture

Une erreur que font pourtant fréquemment les consommateurs, pointe une étude américaine réalisée par l'université de Californie du Sud. À travers une série d'expériences, l'étude a cherché à déterminer comment l'esthétique classique (symétrie, motifs, couleurs) utilisée dans la présentation des aliments influence le choix du consommateur.

Dans l'ensemble, les individus ont révélé une tendance à trouver que la nourriture "peu esthétique" était moins naturelle et moins nutritive que les "jolis" aliments, bien que cela ne soit pas prouvé.

"Les consommateurs s'attendent à ce que les aliments soient plus nutritifs, moins gras et moins caloriques lorsqu'ils correspondent aux principes esthétiques classiques. Ces préjugés peuvent affecter leurs choix", alerte Linda Hagen, auteure principale.

La chercheuse préconise d'ajouter des messages d'avertissement sur les images publicitaires d'aliments, visant à indiquer que ces derniers ont été transformés.

"Indiquer explicitement aux gens que les jolis aliments ont été modifiés pour obtenir cet aspect pourrait s'avérer un moyen efficace de protéger les consommateurs", insiste-t-elle.