Bientôt du paprika partout dans nos vies : des chips aux cosmétiques !

Bientôt du paprika partout dans nos vies : des chips aux cosmétiques !
Bientôt du paprika partout dans nos vies : des chips aux cosmétiques ! - © Fabian Krause / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Nos vies vont devenir plus épicées. A l'horizon 2026, le marché du paprika est appelé à exploser de 5,8%, selon un cabinet américain, qui prévoit un engouement mondial pour cet ingrédient légèrement piquant.

On le retrouvera dans des produits aussi insoupçonnés que nos crèmes de jour et nos médicaments.

Aliment, médicament mais aussi produit de beauté

On connaissait quelques-unes des vertus médicinales du paprika, comme son pouvoir de déboucher les sinus ou de décaper les pores de la peau. Mais il a semble-t-il bien d'autres qualités : anti-oxydant, anti-inflammatoire et même anti-dépresseur...

Les industriels sont bien décidés à ne plus les oublier pour une flopée de nouvelles innovations cosmétiques qu'ils ont prévu de développer, rapporte une étude de marché publiée par Research & Markets.

La demande en paprika va fortement progresser, d'autant que récemment, on a aussi découvert les vertus anti-bactériennes et anti-fongiques de l'ingrédient.

Sur le plan alimentaire, de plus en plus de consommateurs attendent de se nourrir à l'aide d'aliments au goût relevé, ce qui favorisera aussi le marché du paprika. Rien qu'en 2019, ce dernier a gonflé de 458,1 millions de dollars. On utilisera aussi le paprika pour colorer de façon naturelle tout nouveau produit alimentaire.

Mais d'où vient le paprika ?

Dans une marinade, dans un bol de riz cuisiné pour relever les saveurs ou bien sûr, dans un poulet tandoori... Le paprika est un indispensable du tiroir à épices. Savez-vous qu'à l'origine, le paprika est obtenu à partir d'un poivron en provenance d'Amérique du Sud ? Ce sont les colons espagnols qui ont fait découvrir sa douce saveur pimentée aux Européens.

Mais on ne voyage pas si loin pour en produire. La Hongrie en cultive pour aromatiser ses plats, à commencer par le goulasch. La population hongroise a appris à s'en servir au moment des conquêtes napoléoniennes, faute de jouir de poivre. A l'époque, le paprika permettait de relever la cuisine à moindres frais.

En Serbie, on a aussi coutume de célébrer l'ingrédient en automne dans le village de Donja Lokošnica, au sud du pays balkanique, où toute la vie s'est organisée autour du petit poivron rouge.