Une pommade indolore pour effacer les tatouages

Cette pommade permet de déclencher le processus naturel de cicatrisation de la peau, comme l'a expliqué Alec Falkenham, l'étudiant en doctorat de l'Université de Dalhousie qui l'a développée.

Lorsqu'on commence un tatouage, les globules blancs présents dans la peau, appelés macrophages, commencent à consommer l'encre.

"Les macrophages sont reconnus pour être les plus gros mangeurs du système immunitaire", explique Alec Falkenham. Ils consomment les substances étrangères, comme les pigments des tatouages, afin de protéger les tissus alentour."

Ils réagissent aussi à l'encre de différentes manières, l'une d'entre elles permet de transporter certains pigments jusqu'aux ganglions lymphatiques pour les évacuer.

Alors que les macrophages "transporteurs" permettent d'évacuer l'encre de la zone, leurs homologues "mangeurs" résident plus profondément dans la peau, ils deviennent inactifs et ce sont eux qui permettent aux tatouages de se fixer durablement dans la peau.

Ils sont ensuite remplacés par de nouveaux macrophages, ce qui explique pourquoi les tatouages tendent à perdre de leur éclat avec le temps.

La crème développée par Alex Falkenham s'appelle Bisphosphonate Liposomal Tattoo Removal (BLTR). Elle encourage les macrophages "transporteurs" à agir grâce à un ingrédient clé : les liposomes.

"Lorsque de nouveaux macrophages viennent chasser les liposomes des cellules qui contenaient les pigments, ils prennent aussi avec eux les pigments pour les emmener aux ganglions lymphatiques, et entraîner l'effacement du tatouage", précise Alec Falkenham.

Le chercheur tient à souligner que cette crème est bien plus sure et moins douloureuse que la méthode du laser actuellement utilisée.

Sa technologie a déjà été déposée et le fonds "Springboard Atlantic and Innovacorp Early Stage Commercialization" l'aide actuellement à la développer et proposer une pommade grand public.

 

RTBF TENDANCE avec AFP