Maquillage permanent : tout ce qu'il faut savoir

tatouage permanent
tatouage permanent - © IngaIvanova -

Après des années passées à répéter les mêmes gestes pour appliquer la même couleur exactement au même endroit, il y a de quoi se laisser tenter par le maquillage permanent, histoire de gagner du temps et de l’argent. Mais pour sauter le pas, mieux vaut bien se renseigner !

Que faire ?
Le top trois des demandes les plus populaires est : les sourcils, l’eye-liner et les lèvres. Mais le make up permanent aide aussi à couvrir des cicatrices, à cacher une calvitie trop marquée ou à corriger certaines asymétries.

Enquêter sur son esthéticienne.
Le maquillage permanent est un tatouage, le plus visible qui soit, alors mieux vaut être certain de son application. La méthode idéale ? Connaître quelqu’un qui l’a testé et apprécier le résultat sur cette personne pour lui demander le nom de la praticienne. Ensuite, on recherche ce qu’on veut en feuilletant les magazines, pour montrer les photos précises du résultat escompté.

Respecter les saisons.
Mieux vaut choisir le tatouage en hiver qu’en été. En effet, le soleil est à éviter durant la phase de cicatrisation. Si vous comptez partir vous dorer la pilule dans les prochaines semaines, il convient d'attendre la rentrée des classes.

Eviter la piscine.
Le maquillage permanent n’aime pas l’eau, en tout cas les toutes premières semaines. Celle-ci ramollit la couche cicatricielle des premiers jours, qui a tendance à tomber plus vite, emportant avec elle les pigments qui ne sont pas encore fixés. On achète du coup un pot de vaseline, idéal pour protéger les sourcils dans la douche et surtout, on évite de frotter !

Suivre la mode, c’est bien. Respecter sa nature, c’est encore mieux.
Les sourcils ultra-fins et le contour des lèvres marqué et plus foncé sont passés de mode. Le nec plus ultra est de rester fidèle à notre look naturel, mais en mieux. Pour les sourcils, on les dessine tout en demandant que le coin interne ne soit pas trop défini. Quant aux lèvres, on préfère un dégradé dans des teintes naturelles.

Se renseigner sur les pigments.
À terme, c’est ce qui aidera le maquillage permanent à ne pas virer à l’orange (pour les sourcils) ou au bleu-vert (pour l’eye-liner). En effet, quand ils ne sont pas purs, ils se dégradent et décolorent au fil des années, en perdant de leur éclat.

Préférer quelqu’un qui a la main légère.
On vous annonce une retouche tous les ans ? C’est plutôt bon signe… Cela signifie que l'artiste ne va pas trop loin dans la peau, ce qui évite que les erreurs deviennent irrécupérables.