Les prébiotiques et probiotiques s'invitent dans nos cosmétiques

Les prébiotiques en passe de révolutionner l'industrie des cosmétiques.
Les prébiotiques en passe de révolutionner l'industrie des cosmétiques. - © puhhha - Getty Images/iStockphoto

L'année 2021 sonne comme un retour aux basiques jusque dans l'univers des cosmétiques. Un retour au naturel facilité par l'arrivée de nouveaux actifs, les prébiotiques et probiotiques, qui s'apprêtent à bouleverser votre routine beauté.

Vous ne le saviez peut-être pas mais les yaourts, les fromages persillés, les cornichons et même la choucroute sont bourrés de probiotiques, des bactéries qui, consommées en quantités suffisantes, se révèlent être bénéfiques pour la santé.


Lire aussi : Tour du monde des différentes sources de probiotiques à déguster


Ces dernières débarquent désormais dans certains cosmétiques pour le plus grand bonheur de notre peau, qui va (enfin) recevoir les actifs nécessaires pour réparer les dégâts du passé et (ré)apprendre à se défendre contre de futures agressions. Une véritable révolution.

Des bactéries qui nous veulent du bien

Avant de se jeter sur le premier rayon skincare venu, il convient de savoir ce que sont les probiotiques et d'en connaître les bienfaits pour la peau.

"Les probiotiques, c'est ce qu'on appelle les 'bonnes bactéries'. On les trouve vivantes en alimentaire mais on ne peut pas les apporter sous cette forme en cosmétique. Il s'agit donc de fragments de bonnes bactéries que l'on appelle aussi parfois les postbiotiques", explique Sophie Strobel, biologiste spécialisée en cosmétologie.

Attention toutefois à ne pas confondre prébiotiques (sucres, fibres, acides aminés) et probiotiques (levures, moisissures). Les prébiotiques sont la nourriture spécifique des bonnes bactéries.

"Si vous donnez des prébiotiques aux bactéries qui sont sur votre peau, les 'gentilles', ces dernières vont se développer au détriment des mauvaises bactéries", poursuit la spécialiste.

Tout est en réalité question d'équilibre et de respect du microbiote : une fois l'équilibre entre bonnes et mauvaises bactéries retrouvé, la peau est apaisée et peut à nouveau se défendre correctement.

Redonner à la peau les moyens de se défendre

La pollution, le stress, le soleil, le tabac, l'alimentation et même certains cosmétiques irritants sont autant de facteurs qui peuvent impacter l'équilibre du microbiote et être responsables de sécheresse cutanée, d'une poussée de sébum et autres inflammations.

"Cela va affecter la barrière cutanée au sens large. Les bonnes bactéries vont être affectées et plus elles sont faibles, plus les mauvaises bactéries vont se développer. C'est à ce moment précis que l'équilibre est rompu. Cela va aggraver les problèmes de peau et à terme, accélérer le vieillissement cutané", précise Sophie Strobel.

C'est là qu'interviennent les prébiotiques. Ils vont d'une certaine façon "désenflammer" la peau qui est stressée et l'apaiser durablement. En "nourrissant" la peau avec de bonnes bactéries, les mauvaises s'éclipsent. C'est un sujet très actuel, davantage encore depuis le début de la crise sanitaire : revenir à l'essentiel, donner l'opportunité à la peau de se renforcer sans l'étouffer avec une multitude de produits, qui n'auront que des effets très superficiels sans réellement agir en profondeur.

Les futurs indispensables de la cosmétique

L'introduction des prébiotiques et probiotiques dans la cosmétique va contribuer à terme à redonner à la peau toute la force dont elle a besoin pour lutter contre les agressions quotidiennes. A fortiori, les problèmes tels que la sécheresse, l'acné ou encore le teint terne s'atténueront plus facilement.

Cela ne signifie pas que tous vos cosmétiques sont à jeter à la poubelle mais qu'il est important de revenir à la base, au respect de la peau, avant de rajouter d'autres ingrédients.

"D'une manière générale, ils sont bons pour les défenses de la peau. Si la peau se défend mieux, cela signifie qu'elle est apaisée et qu'on a moins de rougeurs et d'inflammations. La peau est également mieux hydratée car ce sont des sucres. Et selon les extraits, cela va également jouer sur l'éclat du teint et le vieillissement cutané. Tout dépend vraiment des extraits de prébiotiques", explique la biologiste.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cette science complexe n'en est qu'à ses débuts mais son potentiel semble infini. Les scientifiques qui planchent sur le sujet en sont convaincus : les bactéries s'apprêtent à révolutionner l'industrie, ne serait-ce que pour contribuer à développer des produits plus respectueux de la peau et beaucoup moins irritants.

"Si ce n'est pas l'avenir de la cosmétique, c'est l'un d'entre eux", souligne Sophie Strobel. "On ne peut plus ignorer les prébiotiques et les probiotiques. Aujourd'hui, on commence à se rendre compte qu'il suffit juste de réparer sa barrière cutanée, d'apaiser sa peau, pour que tout aille mieux et qu'on vieillisse moins vite. Ce sont de vraies pistes. Si ce n'est pas l'avenir de la cosmétique, ce sera désormais un fil rouge pour tous les produits."

Où les trouver ?

De nombreuses marques se sont lancées sur le créneau des cosmétiques aux prébiotiques et/ou probiotiques. C'est le cas de Gallinée, l'une des pionnières en la matière, qui propose une gamme complète pour le visage, le corps et même les cheveux. Des produits destinés à "prendre soin de [son] microbiome cutané", comme le souligne la marque sur son site de e-commerce.

Mais ce n'est pas la seule, on trouve également ce type de cosmétiques chez Aurelia Skincare, Orveda ou encore Talika, dont la gamme Skintelligence s'appuie justement sur les dernières découvertes faites sur le microbiome.

Ne reste désormais qu'à tester et à se rendre compte à quel point les bactéries, autrefois considérées comme nos ennemies jurées, peuvent devenir les meilleures alliées de notre peau.