Les adresses de la rédac : rencontre avec Océane de Labelchic

Les adresses de la rédac : rencontre avec Océane de Labelchic
5 images
Les adresses de la rédac : rencontre avec Océane de Labelchic - © Benjamin Girette - Benjamin Girette

Tendance est allée à la rencontre de Océane, qui a ouvert une boutique pas comme les autres dans le centre de Bruxelles.

  

L’histoire

 

Océane, française mais Bruxelloise d’adoption depuis 10 ans, est partie en voyage de 9 mois en Asie où elle a fait des rencontres qui ont changé le cours de sa vie. Des tisseurs népalais aux chausseurs Indiens, elle a enregistré des images, des histoires qui l’ont nourries et lui ont donné envie de raconter son aventure sur un blog.

 

De là, elle trouve un travail dans une agence de tendance à Paris. Elle essaie d’ouvrir les grandes marques au monde d’aujourd’hui et de les emmener sur des chemins différents.

 

Elle s’intéresse ensuite à un marché de niche qui fleuri depuis 5 ans et qui change la donne du monde de la cosmétique : le naturel, l’organique, le bio. A travers des petites entreprises émergentes, elle découvre des histoires qui la touchent et lui donnent envie de s’investir à fond dans ce monde : elle ouvre sa boutique.

Le concept

 

Elle choisi trois critères de sélection qui seront au cœur de la philosophie du magasin :

  1. 100% naturel et organique : les produits doivent venir de la terre ou des plantes mais ils ne sont pas nécessairement tous bio (même si la plupart le sont malgré tout)

  2. Efficace : elle souhaite casser l’image du "naturel c’est bon pour la santé et pour la terre mais ça n’a aucun réel effet"

  3. Beau et élégant dans une salle de bain : à nouveau, elle veut donner une image de luxe et de sensualité à des produits qui sont souvent vendus en carton recyclé et pas très glamour.

 

On y trouve des choses très originales : un soin à base d’huile de noisette ou de tomates (vous sentirez un peu la salade, ce qui est perturbant au début), des déodorants en crème réalisés dans la cuisine d'un appart de Brooklyn, des savons réalisés au Liban par une mère et sa fille, …

Vous l’aurez compris, ce sont des petites productions et on ne les trouve pas partout ! Il ne faut pas non plus faire de stock si vous trouvez un produit qui vous plait vraiment car, les produits étant naturels, ils ont une durée de vie limitée.

 

Océane nous explique que ce qu’elle aime dans ces petites marques, c’est le côté "on ne vous fait pas de fausses promesses". On arrête de prendre les clients pour des idiots en leur promettant un lifting complet en deux jours. A la place, on nous promet de l’éclat, un rééquilibrage du ph de la peau, un effet repulpant, des choses réalistes et réalisables.

 

Deux produits qui nous ont marqués :

  1. Le déodorant SoapWalla (celui de Brooklyn) qui est réalisé uniquement avec des huiles essentielles, du bicarbonate de soude et de l’argile (une version sans bicarbonate existe également, remplacé par du charbon actif ce qui donne une couleur noire très perturbante)

  2. Le baume nettoyant visage de Mamiel (marque anglaise) qui n’est pas qu’un simple nettoyant mais un soin d’aromathérapie. Le baume se transforme en huile, vous nettoyez la peau tout en vous massant le visage lentement afin de le faire pénétrer (vous êtes donc obligées de prendre du temps pour vous). Les huiles essentielles et les odeurs vous relaxent tout autant que le soin nettoie votre peau. Petit coup de cœur ! (Bon à savoir : le pot dure 6 mois à raison de deux soins par semaine)

 

Ce qu’on aime

  • Le côté luxe sans pour autant que ce soit impayable. Un joli cadeau de Noël à faire à sa chérie ou à sa maman qu’on aime

  • Le fait que les soins qu’on trouve ici ont tous des histoires et qu’Océane prenne le temps avec chaque cliente de lui raconter d’où vient le produit, pourquoi il a été réalisé, comment et par qui

  • Le coté naturel des produits, même s’ils ne sont pas tous 100% bio (3/4 des produits le sont malgré tout)

Plus d’infos