"Coucou les Girls", un compte Instagram en guerre contre les diktats de beauté

Sur son compte Instagram, la comédienne Juliette Katz dénonce les stéréotypes de beauté qu’elle juge toxiques. Elle explique pourquoi à Brut.

 

Quand certaines postent leur petit déjeuner healthy sur Instagram, elle s’affiche à côté d’un Burger King. Quand d’autres publient un selfie sur une plage paradisiaque, elle dévoile une photo d’elle aux toilettes. Elle, c’est Juliette Katz, une comédienne en guerre contre les diktats de la beauté. Ses armes: l’humour, les grimaces et une bonne dose de second degré.

Son champ de bataille: les réseaux sociaux. Sur son compte Instagram "Coucou les Girls", la comédienne - et musicienne avant tout - dénonce les stéréotypes de beauté ultra présents sur le réseau social. Sur sa page, pas de petits déjeuners parfaits ou de selfies sur une plage paradisiaque. Au contraire. La comédienne a pris le parti de se prendre en photo au naturel ou de manière désavantageuse, au plus grand plaisir de ses 137.000 followers. Un choix qu’elle justifie par plusieurs objectifs, à commencer par assumer son corps. Elle explique: "J’ai ce corps-là, en ce moment, et j’essaie de vivre avec. Et c’est aussi en passant par ces photos-là que j’arrive à m’estimer un peu". Une manière de s’assumer, donc, mais aussi une façon d’aider d’autres personnes à faire de même ou à ne pas se laisser influencer.

 

Dénoncer la dangerosité du culte du parfait

Très vite, ses clichés deviennent populaires puisque ils ont "aidé des gens à se dire: 'eh moi aussi, j’ai envie de le faire' ou 'eh moi aussi, j’ai envie de mettre une minijupe'". Selon Juliette Katz, la dictature de la beauté, très présente sur Instagram, représente également un réel danger - notamment chez les plus jeunes et les plus vulnérables -, qu’il est nécessaire de dénoncer. "Il y avait ce truc qui me dérangeait parce que l’image de la femme était représentée par quelque chose qui ne me semble pas tout à fait juste." Une perfection à laquelle de nombreux jeunes s’identifient mais qui peut se transformer en un véritable problème de société pour la comédienne.
Et c’est vrai. Selon une étude publiée par la Société royale de Santé publique (RSPH) et le Mouvement de santé pour la jeunesse (YHM), Instagram serait le réseaux social le plus néfaste pour la santé mentale.