Match d'ouverture de la Copa : "La terre a tremblé"

Sur la plage, le kiosque des surfeurs annonce qu’il n’y aura pas cours de surf les jours de matches. Dans les villes qui accueillent la seleção, c’est d’ailleurs jour férié quand le Brésil joue. São Paulo fonctionnera donc au ralenti toute la journée. Dans les autres villes, c’est au bon vouloir des patrons. Mais la plupart accorderont congé l’après-midi. Les rues sont calmes, mais à la maison, c’est l’effervescence. On choisit la tenue que l’on va porter et on décide chez qui on regardera le match : avec des amis, la famille ou au bar du coin de la rue ? Les brésiliens les plus chanceux pourront vibrer devant les écrans géants des FIFA Fan Fest, installés dans les 12 villes qui accueilleront les rencontres.
TV Globo, le principal réseau de télévision du Brésil, diffuse quasi 24h/24 des reportages liés à la Copa : arrivées des équipes dans leurs hôtels, entraînements, messages des petites amies des joueurs, photos envoyées des 4 coins du pays,… Mais aussi des témoignages de supporters - des vrais. Ceux qui ont épargné pendant 4 ans pour s’acheter un bus (et l’aménager pour pouvoir y vivre à 7 pendant un mois), qui portent un équipement de footballeur créé sur mesure (avec déjà 6 étoiles au compteur, évidemment), et qui sont prêts à laisser leurs familles pour traverser le pays et ne plus vivre qu’au rythme des matches de leur équipe.

 

L'heure des paris

Aux environs de 15h (heure locale), le silence se fait dans la rue. Plus personne à l’horizon. Seules les télévisions crépitent. Ça sent bon le churrasco et la picanha. Installés devant l’écran géant, ça discute ferme. On prépare nos assiettes, on ouvre les canettes de bière et on décide de faire un bolão (pari sportif) : chacun y va de son pronostic pour Brésil-Croatie et sort 20R$ de sa poche*. La cagnotte augmente rapidement et je parie sur 3x1 pour le Brésil… 1 pour la Croatie parce qu’on m’affirme depuis des jours que l’équipe " n’est pas si mauvaise que ça " et 3 pour le Brésil par amour pour Chéri. Ce serait dommage de rompre après une semaine de vacances.
Bébé porte un t-shirt jaune, comme le reste de la famille. Les voisins ont sorti un écran géant au bout de la rue et condamné la route. On entend J.Lo, Pitbull et Cláudia Leitte résonner dans les chaumières. Avant que l’ensemble de la rue ne se mette à entonner l’hymne national. Les joueurs pleurent sur le terrain. Dans l’Arena Corinthians, les spectateurs continuent à chanter, même après l’arrêt de la musique officielle. Chéri a les poils dressés sur les bras. C’est parti pour 90 minutes de tension ! Marcelo marque contre son camp… personne ne bronche. Puis Neymar ouvre le score… Un grondement sourd se fait entendre : on dirait que la rue entière vibre, feux d’artifice et vuvuzelas se mêlent aux hurlements et aux coups de klaxon. Le penalty qui lui est accordé lors de la seconde mi-temps ouvre les discussions entre les européens et les brésiliens. Mais le 3e goal les arrête net. Pour les brésiliens, le résultat est là et annonce la couleur. Le Brésil sera champion, forcément. En attendant, j’empoche la mise. C’est la gringa qui a gagné le bolão !

* 1 Réal brésilien vaut environ 0,32€.

 

Magali Grimonprez