Esperanzah, un festival qui vise un monde plus beau

La scène côté jardin.
3 images
La scène côté jardin. - © ©Esperanzah/Elodie Houssiere

Le week-end dernier, 36 000 festivaliers se sont déplacés dans la Province de Namur pour assister à l’événement. Un festival qui propose une programmation musicale très variée, et qui se veut éco-responsable. On était sur place et on a investigué pour vous.

Vendredi passé débutait la 14ème édition du festival Esperanzah. En région namuroise, au cœur de l’Abbaye de Floreffe, plus de 36 000 festivaliers se sont retrouvés pour un week-end solidaire tout en musique. Depuis maintenant 14 ans, ce festival tente de se démarquer par son engagement et son originalité avec l’aide de son partenaire officiel le CNCD 11.11.11.


Au programme ?

Musique, arts de rue, projections de films et de documentaires, débats, animations pour enfants. Des courants d’expression variés pour une même volonté de changement, d’ouverture sur le monde et sur l’autre. Que ce soit sur scène ou dans les espaces de débats, chaque artiste a apporté sa touche d’espoir et de résistance.
 

Un festival engagé ?

Un événement d’abord tourné vers la multi-culturalité. Avec des artistes qui sont venus de loin pour partager leur culture et parfois leur histoire. Beaucoup de découvertes musicales, mais pas seulement. Des découvertes culinaires également au Comptoir des Saveurs qui regroupait une trentaine d’échoppes issues des autres continents. Le repas n’est pas donné certes, mais une fois qu’on y goûte, on est littéralement transporté ailleurs…

Ce week-end était aussi l’occasion de rencontrer un tas de petits organismes éco-responsables comme Alternatiba ou le Réseau de consommateurs responsables, tous réunis dans le Village des possibles.

Esperanzah s’engage aussi auprès de son public relativement varié. Tous les âges, les nationalités et les styles se confondent. L’eau y était gratuite, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans tous les événements. Pour protéger leurs oreilles, les enfants ont eu droit à des casques de couleur et les adultes à des boules Quiès distribuées à l’entrée en même temps que le programme. Par grandes chaleurs, certains bénévoles se baladaient dans la foule à l’aide de vaporisateur en rappelant à chacun de bien s’hydrater. Une vraie bénédiction après quelques heures de plein soleil…
 

Quelle ambiance !

L’atmosphère était festive et très décontractée, la décoration bien réfléchie. Certains artistes graphiques étaient également de la partie pour partager leur art devant les yeux ébahis des passants. Avec l’arrivée du soleil le samedi, l’ambiance est tout simplement devenue électrique.

Mention spéciale à Radio Bistrot qui a mis le feu tout le week-end ! Cette radio liégeoise tenait un stand situé à côté de l’espace détente et repassait tous les grands tubes belges et les grands classiques. Impossible de ne pas entonner le refrain en même temps que tout le monde. Après tout, c’est si bon d’être Belge !


Un événement qui peut toujours être amélioré…

La grande tendance des festivals cette année, ce sont les applications à télécharger gratuitement sur votre smartphone. Plus pratique que le plan qu’on finit toujours par égarer, l’app était toutefois loin d’être au point ! On a eu droit à un plan tout d’abord inexistant, puis remplacé par une infographie très approximative du site. Un line-up joliment mis en valeur mais qui ne s’actualise pas au fil des concerts. Devoir repasser par les artistes du vendredi alors qu’on est dimanche, c’est casse-tête…

Quant à l’organisation, de gros progrès restent encore à faire. Les cars d’artistes qui traversent la foule pour sortir du site, c’est plutôt dangereux pour les enfants... et pour les personnes ivres aussi d’ailleurs. Un parking (même payant) aurait évité à de nombreuses personnes une amende pour s’être garées sur le bord de la route.


De l’espoir et une belle ouverture sur le monde

On en sort un peu fatigués, mais qu’est-ce que le moral est bon ! Après un week-end de rencontres atypiques, de découvertes, de fun et de réflexion sur notre société, on se sent pousser des ailes...

 

Lola Diet