#TwitchBlackOut / Les streamers s'élèvent contre le harcèlement
#TwitchBlackOut / Les streamers s'élèvent contre le harcèlement - © Tous droits réservés

#TwitchBlackOut

Les streamers s'élèvent contre le harcèlement

Après le black Out Tuesday qui a été vivement relayé sur Instagram, un autre mouvement fait de plus en plus de bruit sur les réseaux. Plusieurs Streameurs n’hésitent pas à inviter leur communauté Twitch à mettre en mode pause leur compte afin de soutenir les victimes de harcèlement, mais aussi à pointer du doigt l’inaction flagrante de la plateforme face à cette problématique.

Comme l’explique le site Pèse Sur Start, #TwitchBlackOut qui pullule sur Twitter est né après que la streameuse musicale Starling s’est prononcée suite à une réunion datant d’il y a un an pendant laquelle le PDG, Emmet Shear, a balayé d’un revers de la main les nombreux témoignages de harcèlement que subissent des utilisatrices de Twitch. Celui-ci a déclaré ne pas être en mesure de se prononcer quant aux agissements des utilisateurs de la plateforme de streaming.

Un statement qui fait flop

Depuis le week-end dernier, plusieurs créateurs de contenus (surtout des femmes et des personnes de la communauté LGBTQI +) dénoncent et témoignent de leur expérience d’agressions ou discrimination sur la plateforme de streaming.

Twitch a tenté de se prononcer sur la question est a publié lundi dernier un message à ses utilisateurs :

Nous prenons très au sérieux les accusations de harcèlement sexuel. Nous examinons de près les comptes de créateurs concernés qui sont affiliés à Twitch et nous allons travailler avec les forces de l’ordre si nécessaire", a déclaré Twitch sur Twitter lundi.

Mais les utilisateurs n’ont pas trouvé ce ‘statement’ suffisamment fort par rapport à la situation qu’ils jugent alarmante. C’est ainsi qu’est né le hashtag Twitch Black Out lancé sur Twitter. L’idée étant de ne diffuser aucun contenu du 24 juin au 25 juin (de 00h00 à 23h59). Une action qui suscite un vif débat évidemment. Certains ne se sentent pas concernés, d’autres au contraire trouvent la cause noble, mais trouve utile d’ouvrir au débat afin de sensibiliser sa communauté sur le thème du harcèlement.

Deux gamers sur trois victimes de harcèlement

Malheureusement, ce sujet ne date pas d’hier, souvenez-vous de Ninja, le joueur de Fortnite, qui refusait de jouer avec des femmes. Une étude assez détaillée de la Anti-Defamation League, une organisation luttant contre la discrimination au States, nous apprenait d’ailleurs que deux gamers sur trois avaient déjà été victimes de harcèlement.

Plus récemment, Sardoche un streamer français qui s’est fait connaître avec League of Legends s’est confié sur le harcèlement qu’il subit depuis deux ans par des internautes, certains n’hésitant pas à le pousser au suicide. Le jeune homme a même publié une vidéo dans laquelle il se dévoile en pleurs, " aucun être humain sur Terre ne peut endurer ça en ayant un minimum de sensibilité.

 

 

Ce sujet te parle, tu te questionnes? Si tu veux te prononcer ou témoigner sur toutes les formes de harcèlements et/ou de discriminations, tu peux nous rejoindre  et débattre sur le chat de notre page twitch.