Slam poignant de Krtas'Nssa et prestation de feu de Pinqy Ring

Voici les moments forts du festival la Belle Hip-Hop

Dominé majoritairement par la gent masculine, le hip-hop doit désormais composer avec de plus en plus de femmes. C'est avec cette idée là que Fatima Elajmi a fondé le festival La Belle Hip-Hop. Pour la deuxième fois consécutive 8 rappeuses issues des quatre coins du monde se sont produites sur la scène de l'Orangerie au Botanique. Voici les moments les plus forts de cette soirée.

Le slam de Sana
Venue tout droit de Meknès (Maroc), Sana aka Krtas’Nssa, 20 ans, se produisait pour la première sur la scène belge. Si la jeune fille semblait légèrement stressée au début de sa prestation elle a très vite conquis le publique avec des titres tels que "Zid l’Alcool" ou encore "Rainbow". Mais celle qui rappe depuis l’âge de 13 ans a surtout livré un slam poignant illustrant la position de la femme dans la société marocaine, son sujet de prédilection.


C’est le paradis des pauvres
Le rêve a commencé depuis mon enfance
J’ai coupé tous mes cheveux, j’ai rasé mes sourcils
J’ai cru que comme ça les filles sont fortes (sic)
J’ai volé tous les pantalons de mon frère et j’ai déchiré toutes mes robes

Mon père m’a convaincue que le noir est plus beau que le rose
Je n’avais pas le droit de refuser les ordres
Les femmes chez nous portent le voile à à peine 10 ans au lieu d’un short
Les femmes chez nous sont des lionnes devant les miroirs, mais elles pleurent derrières les portes "

Hé mademoiselle, il faut que tu sois fière si tu as vécu la période de Skyrock

L’énergie de Pinqy Ring

Même si toutes  les artistes ont été exceptionnelles tout le long du concert, il y en a une qui a tout de même mis la barre très haut. Pinqy Ring a littéralement mis le feu à l’Orangerie. La rappeuse d’origine portoricaine qui foulait le sol belge pour la première fois a séduit le public avec son humour et son énergie débordante. Avant d’entonner son titre "Revolucion" , une chanson qui parle de changer le monde, Marisol digne représentante des States a tenu à s’excuser auprès du public du choix du président (Trump) de son pays tout en rappelant qu’elle vient de Chicago la ville qui a vu naître Michelle Obama. La MC a également interprété l’un de ses titres phares " Phoenix " qui rappelle que la jeune femme a survécu à un accident de voiture qui a failli lui coûter la vie.

La battle de danse improvisé avec le public

C’est sans doute l’un des moments les plus sympas et les plus drôles de la soirée. Juliette Fievet qui faisait office de maitresse de cérémonie a improvisé une mini-battle avec quelques membres du public juste après la prestation de la londonienne B Girl Roxy. L’occasion pour certains de montrer leurs skills (ou pas !) à l’une des meilleurs B girls de la planète qui fut également championne du monde de trampoline.

Le flow de Blu Samu

Avec son flegme naturel, l’Anversoise d’origine portugaise a électrisé la salle de sa voix rocailleuse associée à ses morceaux mêlant des beats hip-hop et des sonorités soul et jazzy. Épaulée par Fatoo San de SupaFly Collective (qui a d’ailleurs reçu un Award ce soir-là), l’alliée du 77 et de Zwangere Guy se produira, entre autres, aux Ardentes et à Dour festival.

Tu as envie de voir ou de revoir ces moments ? L'entièreté du concert est disponible ici

(Crédit photo: Ahmed Bahhodh)