Ninho / Destin tient ses promesses, comme prévu
Ninho / Destin tient ses promesses, comme prévu - © Tous droits réservés

Ninho

Destin tient ses promesses, comme prévu

Il est enfin là ! Après des longs mois d’attentes, " Destin ", le nouvel album de Ninho est sorti cette nuit. Grosse pression sur les épaules de l’artiste attendu au tournant après le succès de " Comme prévu " en 2017. L’année 2018 a marqué la sortie de la mixtape M.I.L.S. 2.0 mais a surtout rimé avec featurings pour Ninho, qui est notamment apparu sur les albums de Sofiane, SCH, Naza, Hornet La Frappe mais aussi Rim’k sur le tube " Air max ". 2019 est donc l’année du retour en solo avec un album très anticipé.

Un seul extrait était sorti avant l’album : " Goutte d’eau ". Après avoir découvert l’entièreté de l’album, on comprend pourquoi. Le titre colle parfaitement avec l’ambiance générale des sons, plutôt mélancolique mais qui sait aussi frapper fort.

Dès le début de l’album, " Sans peine " nous choppe dans ce mélange de douceur et de kickage assez similaire à " Goutte d’eau ". Juste après, " La vie que l’on mène ", toujours aussi doux, sonne davantage comme un tube avec ses samples de guitare et un refrain chanté. Il y a d’ailleurs plusieurs tubes potentiels sur " Destin " comme " Jamais " (avec Dadju), " Putana " ou " Maman ne le sait pas " (avec Niska).  

Cependant, Ninho n’oublie pas de kicker dans des morceaux plus énergiques comme " La vivance " (avec Koba LaD), " NI ", " Paris c’est magique " ou encore " Zéro paluche " (avec Tito). Les feats sont d’ailleurs tous réussis. A chaud, le seul reproche qu’on pourrait faire à " Destin " est sa longueur. Même si les sonorités assez variées permettent de ne pas vraiment s’ennuyer, un ou deux titres plus doux auraient pu être sacrifiés pour avoir un album plus compacte. 18 titres, c’est presque devenu la norme mais le tout aurait pu être résumé en 14-15 titres. Chacun fera son tri.

Bref, à chaud, l’album est tout de même une très belle réussite. Vu l’attente, c’est un vrai défi relevé par Ninho qui risque de toucher un public encore plus large. " Destin " offre au final une palette assez large de tous les domaines que Ninho a appris à maitriser : les tubes, les sons kickés mais aussi des sons plus légers. L’outro symbolise bien tout l’album : une mélancolie rappée qui choppe dès la première écoute.