Ladj Ly te montre la vraie banlieue dans "Les Misérables"

Avec "Les Misérables", Ladj Ly signe un film "coup de poing" qui décrit sans concession la réalité de la banlieue française en 2019.

La France vient de remporter la Coupe du monde de football, les français font la fête sous la canicule. Voilà le contexte! On découvre la cité des Bosquets à Montfermeil à travers le regard de Stéphane, un policier fraîchement muté. Entre les petits du quartier qui tentent de gruger le vendeur de paninis avant de croiser les barbus et les flics qui participent au trafic de contrefaçons sur le marché, le jeune policier pénètre dans ce monde à part.

Si cette "visite" de la cité semble hyper réaliste, c’est parce que Ladj Ly connaît cette cité comme sa poche.  Le réalisateur a grandi là, lui et ses proches et sa famille y vivent encore aujourd’hui, c’est aussi là qu’il a tourné des clips avec son collectif "Kourtrajmé". Ce collectif qui a marqué la mise en images du rap français (notamment avec des clips comme "Pour ceux" de la Mafia K’1 Fry) a accouché d’artistes aujourd’hui confirmés comme le réalisateur Romain Gavras, le photographe JR ou encore le réalisateur Kim Chapiron. En remportant le prix du jury à Cannes avec "Les Misérables", Ladj Ly prouve une fois encore à quel point cette équipe est bourrée de talents.

Les thématiques abordées dans le film sont on ne peut plus actuelles. L’intrigue tourne autour d’une bavure policière qui est filmée par un jeune de la cité. Le scénario fait écho à l’histoire personnelle de Ladj Ly qui a expliqué à GQ avoir lui-même fait du "cop watch" (surveillance de flics) pendant des années : "Ça consistait à filmer les policiers quand ils intervenaient dans le quartier. C’était un quartier sensible du coup il se passait toujours des choses et les policiers se permettaient plein d’exactions. Donc j’ai décidé de les suivre". Un jour, sa caméra capte une véritable bavure policière, la vidéo est diffusée et crée un scandale national. C’est cet épisode qui lui a inspiré le scénario des "Misérables" : "Je me suis rendu compte de la force et de l’impact des images, et j’ai voulu en faire une fiction".

Mais ce qui fait vraiment force du film, c’est son côté brut et sans filtre. Dans les premières minutes, on pourrait presque croire qu’il s’agit d’un documentaire. Le portrait de la banlieue dressé par Ladj Ly est réaliste dans le sens où il n’y a pas de prise de parti pour l’un ou l’autre camp: les banlieusards et la police. On est donc loin de la vision souvent utilisée du bon jeune de cité contre les méchants policiers. Chaque personnage, qu’il soit flic, dealer ou simple habitant de la cité, a ses motivations, chaque personnalité a ses qualités, ses défauts, et ses vices.

La question de l’impact du comportement des policiers sur la vie dans la cité est également centrale. Quelle est la limite entre le flic qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et le flic qui va trop loin ? Faut-il rendre publique une bavure policière au risque de provoquer des émeutes dans la cité ? On peut d’ailleurs ici faire un parallèle entre cette dernière question et celle de l’impact social du film en lui-même en France. "Les Misérables" montre une certaine réalité de la France de 2019, Ladj Ly a d’ailleurs déclaré avoir envoyé le DVD du film au président français Emmanuel Macron.  "Il a beaucoup aimé, mais ce n’est pas ce film qui va bouleverser l’action du ministre chargé de la Ville, Julien Denormandie", a déclaré un conseiller du président. On attend maintenant la réaction du public qui découvrira le film en salle.