"Feat and fun": le youtubeur "Joueur de Grenier" déplore le formatage de Youtube

Les Youtubeurs McFly et Carlito ont répondu aux critiques d’un autre Youtubeur, "Joueur du grenier", qui estime que Youtube est devenu trop formaté, et qu’il ne s’y retrouve plus.

Frederic Molas, aka "Joueur du Grenier" (ou JDG), est un Youtubeur qui parle de jeux vidéo un peu pourris avec beaucoup d’humour. Sa chaîne ayant été lancée en 2009, il est un "ancien" dans le Youtube game francophone. Et comme d’autres anciens dans un autre game (suivez mon regard), il voit d’un mauvais œil la manière dont Youtube et les youtubeurs sont en train d’évoluer. En gros, ce qu’il reproche à pas mal de Youtubeurs dits "de divertissements", c’est de toujours surfer sur la même recette pour faire des vues.  

"Feat and fun"

Cette formule, c’est ce qu’il a appelle le "feat and fun" : des invités connus et énormément de rires, le tout monté avec beaucoup de cuts (coupures dans le montage) de manière très dynamique. Une formule qui a été popularisée par des chaînes comme celle de McFly & Carlito ou par les membres de la RedBox (Amixem, Vodk, Mastu,…). Dans sa vidéo, JDG cite d’ailleurs ces derniers et estime que "tout a commencé avec l’hégémonie de ce type de vidéos".

"Il y a quelques années, on avait un Youtube de type formats de youtubeurs, explique-il. Vous vouliez voir des vidéos rigolotes avec de la mise en scène vous alliez voir Antoine Daniel, vous vouliez voir des vidéos rigolotes avec de la politique, vous alliez voir Mathieu Sommet (SLG), vous vouliez voir information et culture, vous alliez voir le Point Culture. Let's play et humour, vous alliez voir Bob Lennon ou Wankil. Maintenant, on est passé sur un YouTube où tout le monde fait tout. C’est ce que je reproche, c'est que pour moi tout est devenu fade".

La course au format

Selon JDG, le fond du problème réside dans le fait que "tout est calculé pour maximiser les vues". Il déplore que de nombreux youtubeurs ne fassent plus de contenus sur un sujet car celui-ci les passionne, mais parce que ça va cliquer : "Les youtubeurs passent leur temps à courir après le format qui marche, c’est devenu une obsession".

Si on prend l’exemple de la chaîne de McFly & Carlito, on peut effectivement constater que le format "feat and fun" dont parle JDG est un format qui marche. Le duo comptabilise 5,15 millions d’abonnés alors que la chaîne de JDG qui existe depuis bien plus longtemps n’en compte "que" 3,3 millions. Dans un live vidéo, McFly & Carlito ont réagi aux propos du youtubeur. S’ils partagent dans l’ensemble l’analyse de JDG, les deux amis voient d’un moins mauvais œil l’évolution de la plateforme.

"YouTube il y a dix ans, c'était la contre-culture, explique McFly. Les gens regardaient la télé et il y a YouTube qui sortait. Maintenant c'est devenu la norme, c'est comme ça. Aujourd'hui sur YouTube il n’y a jamais eu autant de contenu, autant de créateurs et autant de gens qui regardent". Carlito n’hésite d’ailleurs pas à donner un conseil à JDG : "Il ne faut pas avoir de condescendance vis-à-vis de cette nouvelle génération. C’est comme nos darons avec le rap".

Les deux youtubeurs voient donc l’irritation de JDG vis-à-vis des vidéos "feat and fun" comme une résistance d’anciens semblable à ce que l’on peut constater quand une nouvelle tendance émerge : le rock ou, plus récemment, Fortnite.

Les grosses boîtes derrière les youtubeurs

Mais la critique de "Joueur du Grenier" va plus loin, il n’hésite pas à comparer l’évolution de la plateforme à celle de la télévision. D’après lui, c’est la professionnalisation du milieu et la commercialisation des contenus qui est responsable de ce formatage. "C’est fini l’époque où les grosses chaînes, c’était encore des mecs qui faisaient tout, la réalisation et le montage, eux-mêmes, avance le youtubeur. Vu que les émissions des grosses chaînes de Youtube sont produites exactement de la même manière que les émissions de télé, le format ressemble à une émission de télé".

Derrière les grosses chaînes Youtube francophones, il y a des sociétés commerciales qui bien souvent appartiennent à des gros groupes médias. Golden Moustache appartient au groupe M6 et Studio Bagel appartient à Canal +. Quant à McFly & Carlito, Squeezie ou encore Cyprien, ils travaillent pour le compte de la société Webédia. Si ces structures apportent un soutien aux youtubeurs dans leur création, elles ont pour ambition de faire des bénéfices. Elles vont donc forcément privilégier les formats qui fonctionnent dans le but d’attirer des annonceurs, et laisser moins de place aux formats un peu plus niches.

La loi de l’algorithme

Au-delà du fond de ce type de vidéos, JDG critique également la forme : "Il faut que ça bouge et que ça cute tout le temps, la caméra il faut qu’elle bouge car si elle ne bouge pas, vous risquez de vous ennuyer". "Joueur du Grenier" touche ici à un point essentiel pour tous les vidéastes actifs sur Youtube : l’algorithme. L’objectif de Youtube est de garder les internautes le plus longtemps possible, l’algorithme va donc mettre en avant les contenus qui ont un bon taux de rétention. Cet indice permet de mesurer la durée de visionnage moyenne pendant laquelle les gens restent devant une vidéo. Pour avoir un bon taux de rétention sur leurs contenus, les youtubeurs vont donc tout faire pour que tu ne t’ennuies pas en les regardant.

Malgré les critiques, JDG avoue en fin de vidéo qu’il a lui-même (avec Seb, son complice de chaîne) pensé à aller vers le genre de contenus qu’il critique. "Ce qui nous empêche de le faire, c'est qu'on se sent idiot en le faisant, explique-t-il. Du coup on ne peut pas évoluer, c'est ça le truc. C'est pour ça que je me sens déconnecté, parce que je vois le média qui évolue mais moi je n'ai pas envie d'évoluer dans cette direction".

Le vidéaste ne se pliera donc pas au formatage qui semble s’installer dans le paysage Youtube. Il avoue aussi que le problème, c’est peut-être lui : "Ça doit être ça de vieillir". Chacun se fera un avis sur la question.