Couleur Café: on vous fait un récap’ du premier jour 4 images
Couleur Café: on vous fait un récap’ du premier jour - © OHXIGENES

Couleur Café

On vous fait un récap' du premier jour

Pour le premier jour de Couleur Café édition 2019, l’équipe Tarmac a choisi ses quatre concerts du soir. C’était chaud ! On vous fait un petit résumé.

Kojaque

Après l’avoir reçu dans nos studios, on a décidé d’aller voir Kojaque pour ouvrir le bal de notre week-end. Alors que le soleil tapait sur la Blue Stage, aveuglant le rappeur par moment, le concert commençait en mode diesel. Un petit public de fidèle, pas plus. Il faut dire qu’entre Kabaka Pyramid et Kokoroko sur les autres scènes, le jeune irlandais avait de la concurrence. Et pourtant, petit à petit, le monde a commencé à arriver. Le show était simple, efficace. Un DJ, aussi backeur, et un rappeur. À l’ancienne. C’est devenu encore plus intéressant quand le DJ, Kean Kavanagh, est sorti de son rôle pour prendre le micro. Quelle voix ! Et quel duo ! Un des moments forts du concert. 

Kojaque, lui, s’est donné à fond du début à la fin. Malgré la chaleur, il était plein d’énergie, avec une manière bien à lui de ressentir la musique. 

Bref, pour résumer, c’était le concert idéal pour commencer la soirée. On a bien bougé la tête !

Zwangere Guy

Brussels is my hometown”

Voilà comment se conclut un concert extraordinaire. On peut le dire sans exagérer, Zwangere Guy est devenu une icône bruxelloise. Et c’est mérité. Alors qu’il vient de recevoir un disque d’or pour Gorik pt.1, cette soirée à Couleur Café restera aussi un grand moment dans sa carrière. Programmé sur la plus grande scène à 20:15, il a facilement réussi à remplir la grande plaine. Puis le concert a commencé. Et l’ambiance est devenue électrique. Zwangere Guy est passé par tous les états, allant jusqu’à paraître possédé lors des derniers morceaux, juste avant de sauter dans la foule. On a aussi eu droit à quelques invités de marques comme Blu Samu, Félé flingue, Peet et Selah Sue. Il quittera la scène transpirant, ému et surtout ovationné par un public en feu. Gorik, bravo. 

 

Xavier Rudd

On est un peu sorti de nos habitudes musicales, hier soir, en allant voir Xavier Rudd. L’Australien dépasse les styles musicaux en mélangeant toutes sortes de musicalité. Influencé par le raggae, le blues, il donne même l’impression de faire de la techno quand il par dans ses solos de didgeridoo, un instrument australien. Il joue aussi de l’harmonica, de la guitare et chante, le tout à peu près même temps. 

La magie a opérée, hier soir, entre lui et le public. On a assisté à une réelle communion le temps d’un concert. On a dansé, crié, applaudi. Et même frissonné quand les premières notes de Follow The Sun ont retenti. Parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort. 

 

Wizkid

Pour conclure la soirée, l’équipe s’est fait plaisir en allant voir Wizkid. Et on peut dire que la star de l’afrobeat n’a pas déçu. Alors que la fosse de la Green Stage était complètement remplie, sur les marches ça se déhanchait sérieusement. Le Nigérien a passé en revue ses plus gros tubes. Il courait, sautait, bref, se donnait à fond. Pour le plus grand plaisir du public. Une belle manière de conclure une journée chargée en émotion. 

Un excellent premier jour pour le festival bruxellois, donc. Mais le meilleur reste à venir. Aujourd’hui, nous aurons droit à Hamza, Craig David, Oshun, Loud, et bien d’autres. On se retrouve demain pour vous expliquer comment ça s’est passé !