Stavaux : "Marin plus fort que quand il a triomphé à l'US Open"

Marin Cilic
Marin Cilic - © Tous droits réservés

Vincent Stavaux est un homme heureux. Et pour cause. Le Brainois, 51 ans, a vu Marin Cilic (ATP 7), le Croate dont il est le manager, survivre à un mercredi surréaliste, marqué par la défaite d'Andy Murray (ATP 1), le tenant du titre, diminué par une blessure à la hanche droite, et l'abandon de Novak Djokovic (ATP 4), ancien triple vainqueur, blessé au coude.

"Je suis ravi pour Marin qu'il soit pour la première fois en demi-finale ici à Wimbledon. C'était un match plus que piège contre Gilles Muller", a-t-il confié. "Depuis le tournoi de Monte-Carlo, il affiche pour la première fois de sa carrière une constance énorme, qui s'est traduite par ses meilleurs résultats sur terre battue et sur gazon (NdlR : victoire à Istanbul, quart de finale à Roland Garros, finale au Queen's). C'est un travail de longue haleine et cela fait plaisir de voir que cela paie."

Vainqueur de l'US Open en 2014, Marin Cilic, 28 ans, rencontrera ce vendredi l'Américain Sam Querrey (ATP 28), 29 ans, le tombeur d'Andy Murray, pour qui il s'agira de la toute première demi-finale dans une levée du Grand Chelem. Bref, une chance à saisir.

"Dans l'absolu, il s'agit d'une opportunité exceptionnelle pour aller en finale", poursuit Vincent Stavaux, "mais si Sam est là après avoir battu un Murray certes diminué, c'est qu'il est en forme. Il a également des armes avec son service et son coup droit. Mais je pense que ce qui pourrait faire la différence, c'est que Marin retourne mieux que lui et se déplace également mieux. En outre, Marin a l'expérience de ce genre d'événement et c'est un avantage."

Vincent Stavaux pense d'ailleurs que Marin peut aller au bout, malgré l'épouvantail Roger Federer (ATP 5), qu'il pourrait retrouver en finale.

"Marin est plus fort qu'à l'époque de son triomphe à l'US Open. Il a l'expérience qu'il n'avait pas, vu qu'il était en train d'écrire l'histoire. Et ses récents résultats lui ont donné énormément de confiance. Federer est vraiment en grande forme, mais je ne suis pas sûr que Berdych sera un oiseau pour le chat", conclut le manager brainois.

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir