Djokovic, blessé à l'épaule, abandonne en quart de finale face à Berdych

Le Serbe Novak Djokovic a abandonné mercredi lors des quarts de finale de Wimbledon face au Tchèque Tomas Berdych en raison d'une blessure au bras droit alors que son adversaire menait 7-6 (7/2), 2-0.

Avec cet abandon, Djokovic laisse passer l'occasion de redevenir N.1 mondial, rang que conservera lundi l'Ecossais Andy Murray malgré sa défaite en demi-finale contre l'Américain Sam Querrey plus tôt mercredi.

Après avoir été à deux points de remporter le premier set, le Serbe a complètement lâché dans le jeu décisif.

L'ancien N.1 mondial, trois fois titré à Londres (2011, 2014, 2015), a ensuite fait appel à un médecin, qui l'a massé au-dessus du coude droit et au niveau de l'avant-bras.

Le Serbe avait déjà eu recours au médecin de Wimbledon mardi lors de son huitième de finale remporté face à Adrian Mannarino. Mais, contre le Français, c'est son épaule droite qui avait été massée.

Berdych, 15e joueur mondial, atteint les demi-finales du tournoi londonien comme la saison passée. Le Tchèque, qui avait aussi disputé la finale en 2010, affrontera Roger Federer, septuple vainqueur de l'épreuve, en demi-finale vendredi.

Le Suisse s'est défait du Canadien Milos Raonic en trois sets mercredi, 6-4, 6-2, 7-6 (7/4).

Une opération pour Djokovic ?

"Il y a une possibilité que l'on me propose une opération, mais je ne crois pas que ce soit bien. Après, être opéré ou s'empoisonner avec des pilules... Aucune des solutions n'est bonne. La conclusion logique c'est qu'il faut du repos et une plus longue pause", a expliqué l'ancien N.1 mondial en conférence de presse, précisant que son coude droit le faisait souffrir depuis "un an et demi".

"Les spécialistes ne sont pas très clairs. Ils parlent d'opération, de différentes options. Personne n'est certain de ce qu'il faut faire. Du moment que ça va et ça vient, pas de problème. Cela a marché pendant sept, huit, dix mois. Mais maintenant, depuis sept mois, cela ne fonctionne plus très bien", a confié Serbe âgé de 30 ans.

"Plus je joue, pire ça devient. Oui, je pense qu'une pause est quelque chose que je devrais considérer", a ajouté le joueur qui, en raison de son abandon, ne pourra redevenir N.1 mondial, rang que conservera lundi l'Ecossais Andy Murray malgré sa défaite en quart de finale contre l'Américain Sam Querrey plus tôt mercredi.

"Nous allons voir comment nous pouvons résoudre ça. La seule chose qui me vient à l'esprit, c'est du repos. Peut-être qu'une grande pause est nécessaire, pas forcément uniquement pour ma blessure. Peut-être aussi pour l'esprit", a ajouté le triple lauréat du tournoi londonien.

"Je n'en ai jamais eu (de pause). Durant toute ma carrière, c'est comme si j'avais suivi un calendrier scolaire. Je n'ai jamais été réprimandé, c'est peut-être le moment de manquer le prochain semestre", a-t-il conclu avant de quitter la salle de presse.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK