"Cilic a déjà battu Federer en Grand Chelem", prévient son manager

"Cilic a déjà battu Federer en Grand Chelem", prévient son manager
"Cilic a déjà battu Federer en Grand Chelem", prévient son manager - © ADRIAN DENNIS - AFP

Il reste encore un Belge à Wimbledon. Il s'agit de Vincent Stavaux. Le Brainois, 51 ans, sera même aux premières loges, ce dimanche, pour assister à la finale du simple messieurs sur le Centre Court. Et pour cause. Marin Clilic (ATP 7), le Croate dont il est le manager, y défiera Roger Federer (ATP 5) pour le titre.

"C'est magnifique pour Marin et pour toute l'équipe", a-t-il confié. "Wimbledon est le tournoi le plus prestigieux du monde. Ce sera un grand moment pour lui. Et tout le monde est très content. Cela confirme que Marin joue extrêmement bien à l'heure actuelle et qu'il faut compter avec lui au sommet du tennis mondial. Il n'a perdu que trois sets depuis le début du tournoi et il est le seul, avec Stan Wawrinka, à être parvenu à se mêler à la lutte avec le Big Four ces dernières années. Et tout cela est évidemment aussi une très bonne chose pour sa visibilité et ses partenaires."

Âgé de 28 ans, Marin Cilic a déjà remporté un tournoi du Grand Chelem dans sa carrière. C'était à l'US Open, en 2014, où il avait balayé la concurrence tel un ouragan. Le Croate, cela dit, n'a encore jamais disputé de finale à Wimbledon. Et face à lui se dresse Roger Federer, 35 ans, septuple vainqueur et véritable épouvantail après ses triomphes à l'Australian Open, Indian Wells et Miami cette année.

"On sait tous que le Centre Court de Wimbledon est le jardin de Roger Federer", poursuit Vincent Stavaux. "Et on sait aussi que le public souhaite qu'il remporte un huitième titre ici. Mais ce n'est pas un problème pour Marin. Il a déjà battu Roger dans un Grand Chelem, à l'US Open. Et l'an dernier, ici même, il avait eu trois balles de match contre lui en quart de finale (le Croate avait fini par s'incliner 6-7 (4/7), 4-6, 6-3, 7-6 (11/9) et 6-3, ndlr). Bref, il sait qu'il peut le faire. Marin devra réussir à développer son jeu comme il l'a fait jusqu'à présent dans le tournoi, s'appuyant sur un gros service et des frappes très agressives qui peuvent faire mal à Federer. En tout cas, nous, on y croit", conclut-il.

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir