Un tournoi masculin très ouvert à l'US Open

Pourquoi le tableau masculin est-il aussi ouvert ?
5 images
Pourquoi le tableau masculin est-il aussi ouvert ? - © Tous droits réservés

L’US Open commence lundi à New-York et se clôturera le 9 septembre. Le tournoi s’annonce ouvert dans le tableau masculin. Novak Djokovic est de retour, Rafael Nadal et Roger Federer sont en bonne forme et les outsiders nombreux. Les prétendants au titre ne manquent pas. Connu pour ses matches programmés en soirée, l’US Open promet des rencontres jusqu’au bout de la nuit et du suspens.

Djokovic : un favori en or

Dimanche, Novak Djokovic (N°6) a remporté le tournoi de Cincinnati. Une victoire importante dans l’histoire du tennis : il est le premier à réaliser le Golden Master. Le Serbe a glané tous les Masters 1000 du circuit ATP. “Un des moments les plus spéciaux de ma carrière” expliquait-il à L'Équipe.

Éloigné des courts de juillet 2017 à janvier 2018 pour une blessure au coude, le joueur de 31 ans connaît une véritable résurrection. Le point d’orgue de ce come-back est son titre à Wimbledon remporté face à Rafael Nadal. Djokovic n’avait plus gagné de Grand-Chelem depuis 2016 à Roland-Garros. 

Vainqueur dans l’Ohio et plus en confiance que jamais, il est le favori de l’US Open qu’il a gagné en 2011 et 2015.

Nadal et Federer : un duo en pleine forme

Les revenants de la saison 2017 continuent de truster le haut du classement ATP et d’enchaîner les bons résultats.

Sur dur, Nadal (N°1) et Federer (N°2) se sont hissés en finale d’un Masters 1000 (Toronto pour Nadal et Cincinnati pour Federer). Les deux joueurs sont en forme et peuvent aller très loin dans le tournoi new-yorkais. Federer se veut toutefois prudent. L’homme aux 20 titres du Grand Chelem ne s’emballe pas comme il l’explique au média suisse SRF : “Un joueur de 37 ans ne devrait pas être le favori de l’US Open. Je n’ai pas gagné le tournoi depuis plus de dix ans, ce qui signifie que je n’ai pas assez bien joué”.

Le Suisse et l’Espagnol réalisent une saison idéale : 33 victoires pour 5 défaites pour le premier et 40 victoires pour 3 défaites pour le second.

Le retour du blessé Wawrinka

L’année dernière, Stanislas Wawrinka se blesse au genou. Conséquence : une absence de six mois. Revenu sur les courts en janvier, il n'arrive pas à retrouver son niveau de jeu. Il faut attendre la tournée américaine et le retour sur surface dure pour que l’Helvète renoue avec les succès. A Toronto, il se hisse en huitièmes de finale battant au passage Nick Krygios (N°30). A Cincinnati, il réalise un très bon tournoi avec un quart de finale face à son compatriote Roger Federer, où il était à deux points du match.

Avec ces bons résultats, les organisateurs de l’US Open lui ont accordé une wild card. Très proche du top 100 (il pointe à la 101ème place), Wawrinka, qui a remporté l’US Open en 2016, sera un véritable épouvantail pour ses futurs adversaires.

Après un an d’absence, un autre blessé fait aussi son retour : Andy Murray.  Le joueur de 31 ans s’est glissé jusqu’en quarts de finale à Cincinnati où il a finalement déclaré forfait. Retombé à la 378 ème place au classement ATP,  il avait éliminé des joueurs beaucoup mieux classé que lui comme Kyle Edmund (N°18). A New-York, sans pression sur les épaules, Murray n’aura rien à perdre.

 

Goffin, Del Potro, Anderson : des outsiders à l’aise sur dur

Eux aussi sont en forme, et en plus la surface sur dur leur réussit à l'image de Kevin Anderson (N°5). L’année dernière, le Sud-Africain de 32 ans s’était hissé en finale. Il y a deux ans, il était quart de finaliste. Cette année, à Toronto, il a été jusqu’en finale. Régulier toute la saison, sa constante pourrait être récompensée à Flushing Meadows.

David Goffin (N°10) peut aussi espérer un bon résultat. Le Liégeois de 27 ans a rassuré à Cincinnati, malgré un abandon face à Roger Federer dû à une surcharge musculaire brutale. Goffin avait enchaîné 5 matches en 5 jours. Il a préféré se préserver pour le dernier Grand Chelem en renonçant au tournoi de Winston-Salem comme il le déclarait suite à son abandon : “Il y a beaucoup d'aspects positifs à retirer de cette semaine et j'espère que je vais pouvoir les utiliser pour disputer un bon US Open. La priorité, désormais, est d'être prêt à 100% pour l'US Open”.

Juan Martin Del Potro (N°3) peut aussi créer la surprise à l’US Open. Sur dur, il a été finaliste au tournoi de Los Cabos au Mexique et quart de finaliste à Cincinnati. Mais surtout, l’US Open est un tournoi qui sourit à l’Argentin. C’est le seul Grand Chelem qu’il a gagné en 2009.

A Flushing Meadows, le joueur de 29 ans y a vécu de belles émotions comme l’année dernière. Mené 2 sets 0 en huitièmes de finale, Del Potro, malade, renverse la vapeur et s’impose face à Dominic Thiem au terme d’un match épique. Il livre le même combat contre Roger Federer au tour suivant et prend le meilleur sur le Suisse. Malheureusement pour lui, sa belle aventure s'arrête aux portes de la finale. A l’US Open, Del Potro est plus que jamais transcendé.

La jeune relève sera aussi à surveiller avec notamment Stefanos Tsitsipas (N°15), récent finaliste à Toronto, Karen Khachanov (N°27) qui a lui été jusqu’en demi-finale au Canada et en huitièmes à Cincinnati.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK