Porte-clefs, balles, serviettes, valises, voitures, bienvenue à la Boutique "Roland-Garros"

Il y a vingt boutiques "Roland-Garros" dans le stade
Il y a vingt boutiques "Roland-Garros" dans le stade - © RTBF

Si vous venez à Roland-Garros, il est fort possible qu'à la fin de la journée, vous repartiez avec les bras chargés de cadeaux, pour vous ou vos proches. Mais avec le portefeuille un peu plus léger. Acheter des souvenirs est presqu'une tradition. Les boutiques sont nombreuses, colorées, attirantes. Et la griffe "Roland-Garros" offre un choix important de vêtements et accessoires...

Entretien avec Edouard Bardon, le responsables des boutiques à la Fédération Française de Tennis...

Monsieur Bardon, on sait bien qu'une journée à Roland-Garros, c'est très complet. Les gens viennent voir du tennis, ils mangent, ils se promènent, ils découvrent. Et ils font aussi des achats. Les boutiques sont des lieux stratégiques, et les objets estampillés "Roland-Garros" sont nombreux...

Oui, une visite dans une boutique fait partie de l'expérience des spectateurs. Il ne faut pas oublier qu'ils vont passer entre six et huit heures à Roland-Garros, donc ils ne vont pas passer tout leur temps dans les tribunes. Ils vont se promener, ils vont visiter, et ils vont, bien entendu, rentrer dans les boutiques. On essaye de rendre leur expérience à Roland-Garros encore plus riche, avec nos produits. Tous les publics vont dans les boutiques. Les joueurs sont très consommateurs. Mais il y a aussi, en plus des spectateurs, les arbitres, les ramasseurs de balles. Tout le monde achète dans les boutiques. Il faut savoir que l'expérience "boutique" n'est pas du tout "contrainte", contrairement à la restauration (puisqu'on est obligés de se nourrir), voire le passage aux toilettes (parce qu'on est obligés d'y aller). La boutique, personne n'est obligé d'y aller, donc c'est plutôt un plaisir. Et les plaisirs, ça fonctionne toujours très bien.

Il y a moyen de trouver des objets de la marque "Roland-Garros", ou de marques associées à Roland-Garros un peu partout dans le stade ?

Oui, nous avons un dispositif assez large. Nous avons vingt boutiques réparties dans le stade. Nous avons tous les produits associés à la marque "Roland-Garros". Seule la marque "Roland-Garros" est vendue sur le stade. Mais elle peut aussi être vendue en association avec des marques. Je pense à nos partenaires, Lacoste, Babolat, Carré Blanc pour les serviettes, Delsey pour les valises, Weston pour les chaussures, Nuxe pour la crème solaire, par exemple.

Quand on entre dans les boutiques, on remarque des couleurs bien particulières, ocre, bleu. Il n'y a pas de rouge vif, ni de vert pomme. Il y a une gamme de couleurs "Roland-Garros" ?

Il y a une gamme propre à la marque "Roland-Garros". La couleur "terre battue" est très présente, plus souvent en touches. Et nous y associons les autres couleurs, comme le blanc, qui est élégant. Il y a le marine ou le vert foncé, des couleurs rassurantes pour la consommation, pour les habits de tous les jours, par exemple. On peut avoir un peu de jaune, en touches. Mais effectivement, nous n'avons pas de couleurs criardes. Nous sommes plutôt sur des couleurs douces.

C'est un petit peu le "chic à la française" ?

Voilà, ce sont des ambiances que l'on veut élégantes, printanières. Le printemps, ce n'est pas agressif, c'est plutôt doux et végétal. L'élégance à la française participe aussi à nos collections, à nos produits. Et nous essayons d'être à la hauteur de cette réputation.

"Roland-Garros" est marqué sur tous les objets ?

Oui, on tient à garder cette exclusivité de produits. Nous n'avons pas le souhait, aujourd'hui, de vendre autre chose que des produits "Roland-Garros". Ca participe à l'expérience du visiteur, essayer notre marque. Donc nous l'exposons partout, dans les points de vente.

Il y a de tout, du petit porte-clefs jusqu'à la voiture ?

On a à peu près 500 références. On trouve des petits objets, stylos, porte-clefs, et des gros objets, comme la voiture, avec notre partenaire Peugeot, qui propose chaque année une voiture signée "Roland-Garros". Mais on peut aussi trouver des objets plus étonnants, comme des valises. Ou des objets plus évidents, comme les raquettes de tennis.

Il y a une phrase que l'on retrouve depuis quelques années, un peu partout, "j'peux pas, je suis à Roland"...

C'est un message qui fait partie de nos collections. Cette année, on a voulu faire évoluer nos messages, pour qu'ils ne restent pas toujours les mêmes. Il ne faut pas oublier qu'on a à peu près 40% de personnes qui reviennent chaque année, donc il faut leur apporter de la nouveauté. Aujourd'hui, nous avons développé une collection plutôt basique, brodée, avec des lettres en bouclettes sur les vêtements. Et c'est une collection qui fonctionne très bien.

A quel point renouvelle-t-on la collection chaque année ?

On renouvelle la collection quasiment à 80%. Il est important, pour nous, de faire table rase chaque année, et de présenter une nouvelle collection. Donc, on change quasiment tout, sauf quelques produits qui sont reconduits d'une année sur l'autre, les essentiels. Le panama, par exemple, ou le polo "Roland-Garros" basique.

Et ces produits, on peut les retrouver après le tournoi, sur internet ?

On peut acheter les produits sur internet toute l'année. Ils sont en vente dès le mois de décembre qui précède, ce qui permet aux personnes de prendre leurs dispositions. On vend aussi beaucoup à l'international. Cela constitue plus de 60% des ventes sur internet. On vend aussi en dehors du stade, dans des grandes rues parisiennes, Champs Elysées, Opéra, Trocadéro, la Tour Eiffel. Ce sont des lieux où les touristes sont nombreux. Et ils achètent nos produits "Roland-Garros".

L'année dernière, il y avait une boutique "Roland-Garros" dans une gare, à Bruxelles...

Cela dépend des opportunités. On ne l'a pas fait cette année. Mais on n'exclut pas de le refaire à l'international.

On n'a pas encore parlé de ce qui se vendait le mieux, et le plus...

On vend toujours à peu près les mêmes produits. Les tee-shirts fonctionnent très bien, bien entendu, parce que nous sommes au printemps. La meilleure vente, c'est le tee-shirt avec le logo "Roland-Garros". Les casquettes se vendent aussi très bien. Et toutes sortes de balles, les grosses pour les autographes, les petites, les balles jouées sur les courts. Elles font partie, aussi, des très bonnes ventes.

Ce que les gens voient le plus à la télévision, ce sont les serviettes des joueurs. Elles sont aussi en vente...

Les serviettes du joueur et de la joueuse sont certainement les produits les plus emblématiques du stade, puisqu'ils sont utilisés par les champions. Ils sont vraiment associés au jeu. Et ce sont de très belles ventes également.

Et puis, entre la crème solaire et le parapluie, il est sans doute difficile de prévoir les quantités...

Chaque année, on essaye de composer avec ce qui avait été fait l'année précédente. On tient compte, bien entendu, des aléas de la météo. Si, comme en 2016, on a treize jours de pluie, on est battus, c'est sûr. En 2018, on a eu quasiment treize jours de soleil. C'est difficile de prévoir. Mais on a toujours des produits pour la pluie, toujours des produits pour le soleil. Et on fait en sorte d'en avoir suffisamment pour le public.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK