Le service à la cuillère est à la mode, mais il reste controversé

Nick Kyrgios, adepte du service à la cuillère
Nick Kyrgios, adepte du service à la cuillère - © RTBF

Le 5 juin 1989, il y a 30 ans pratiquement jour pour jour, a eu lieu à Roland-Garros un match qui est directement entré dans la grande histoire du tennis. Un huitième de finale remporté par un gamin de 17 ans, Michael Chang (le futur vainqueur-surprise du tournoi), aux dépens du numéro un mondial de l'époque, Ivan Lendl. Une rencontre qui a tellement marqué les esprits, que beaucoup de gens pensent que c'était une finale. Dans ce match, il y a eu un point que l'on revoit encore régulièrement, même trois décennies plus tard, c'est le service à la cuillère de Michael Chang.

Un service classique se fait bien sûr par au-dessus.  Et quand on sert à la cuillère, on sert par en-dessous. La balle va moins vite, et tombe, relativement mollement, au milieu du carré de service.  Elle est souvent injouable. C'est un peu le service d'un débutant, sauf que quand il est fait par un pro, il y a la feinte en plus.  On fait croire que l'on va servir normalement. L'adversaire est la plupart du temps trop loin de la balle, il se sent piégé, vexé, voire humilié. Ivan Lendl était fou furieux, ce jour-là. Chang avait des crampes, il a eu un geste instinctif, qui a plu à un public hilare.  Dix ans plus tard, Martina Hingis a été huée, après avoir tenté la même ruse.

Michael Chang n'a plus jamais servi à la cuillère. Et rares sont les joueurs qui ont tenté la manoeuvre. Jusqu'à cette année...

L'Australien Nick Kyrgios, joueur lui-même controversé, multiplie les services à la cuillère, ces temps-ci, y compris sur le premier point d'un match. Et d'autres joueurs se sont mis à l'imiter. Résultat, le service à la cuillère est à la mode. Il y a eu une tentative, cette année, à Roland-Garros, de la part du Kazakhe Alexander Bublik.

Et c'est toujours diversement apprécié. "Manque de respect", "geste inutile", "éclair de génie", il y a les pour et les contre.  Plutôt pour, le Français Gaël Monfils"Je pense que c'est un coup comme un autre. Je n'arrive pas trop à savoir pourquoi ce serait un manque de respect. Forcément, il n'est pas encore très démocratisé, parce qu'on ne s'en sert pas beaucoup. Ce n'est pas non plus un service efficace, c'est un service qui surprend. Il est de plus en plus utilisé parce que les joueurs se tiennent très loin de la ligne, pour attendre le service adverse. Et notamment moi, je me tiens très loin. Je ne pense pas qu'il faut en abuser, parce que c'est juste un coup d'effet-surprise. Mais non, il n'y a pas de manque de respect, parce qu'honnêtement, c'est du 50-50. Si le mec le rate, il a donné le point".

On n'est sans doute pas près de voir David Goffin tenter un service à la cuillère.  "Non, je ne crois pas que ça sortira de ma raquette. Ca vient de Kyrgios, et puis d'autres jeunes, qui ont essayé de l'imiter, pour faire le show. C'est vrai que quand c'est bien fait, ça peut être efficace, et ça peut surprendre. Mais je pense que ça reste quelque chose qui est destiné aux réseaux sociaux".

Roger Federer a déclaré qu'il ne tenterait sans doute jamais de service à la cuillère, mais qu'il y avait déjà pensé.  Dominic Thiem, qui jouait contre Bublik, le jour de la tentative, estime que la stratégie peut être bonne, et qu'il n'y a rien de choquant à tenter un tel service.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK