Eliott est le seul ramasseur de balles belge à Roland-Garros

Eliott Leclercq, ramasseur de balles belge
Eliott Leclercq, ramasseur de balles belge - © RTBF

Il y a un ramasseur de balles belge, à Roland-Garros. Eliott Leclercq, bientôt 16 ans, a en fait trois nationalités. Il est belgo-franco-américain. Il est né aux Etats-Unis, il vit en Belgique (à Blandain, à côté de Tournai), et il va à l'école en France. Il est licencié à la Fédération Française de Tennis, ce qui lui a permis de poser sa candidature pour l'un des 260 postes de ramasseurs de balles de l'édition 2019 de Roland-Garros. Il a été retenu, et il vit une quinzaine dont il se souviendra toute sa vie.

Entretien...

Eliott, comment es-tu devenu ramasseur de balles à Roland-Garros ?

On peut dire que c'est une fierté, parce que je suis le seul Belge, déjà. C'est assez cool, comme expérience. C'est sympa. Je suis là parce que j'ai une licence française. Et dans ce cas, on reçoit un message de la Fédération Française, qui nous propose de devenir ramasseur de balles. On est 4000, à la base. En octobre dernier, on a eu une première après-midi de sélection, où on a fait des exercices physiques, où on a commencé à faire des roulés. Il y a plein d'exercices, destinés à voir si on serait à la hauteur. Si on est sélectionnés, on a un stage de cinq jours. Moi, je l'ai fait à Reims. C'est l'étape finale, pour voir si on est sélectionnés ou pas, à Roland.

Et comme tu as été sélectionné, tu faisais partie des 260 meilleurs. C'est ta première visite à Roland-Garros ?

J'étais déjà venu en tant que spectateur deux ou trois fois. La dernière fois, c'était il y a deux ans. J'avais adoré, et je m'étais dit que si je pouvais avoir une chance d'y aller en tant que ramasseur, il fallait la tenter.

Etre ramasseur, c'est beaucoup plus que ce que l'on voit à la télé ?

C'est bien plus que ce qu'on voit à la télé, oui. C'est super-physique. Et à la fin de la journée, on est vraiment fatigués. Il faut se donner à 300% sur le terrain, il faut aller sur toutes les balles, vraiment se donner à fond.

Il y a sans doute une fatigue mentale aussi, parce qu'on ne peut pas se déconcentrer...

Il y a aussi une fatigue mentale, parce qu'il faut anticiper chaque point. Il faut essayer de savoir si à la fin d'un point, il faut apporter la serviette, présenter une balle, faire tourner les balles. Donc, c'est mental, oui. Et il faut assez vite comprendre la façon de faire d'un joueur. Par exemple, Nadal rejette toujours les balles à droite, et il faut s'adapter.

Tu as été ramasseur sur un match de Nadal ?

J'ai déjà fait Nadal, lundi dernier. C'était top. C'est ouf. J'ai aussi fait Djokovic, Thiem, Goffin, Wozniacki, Barty, Svitolina, et les deux Williams. Franchement, je pense que j'ai eu de la chance. C'est mieux de pouvoir "ramasser" des grands joueurs, mais c'est déjà extraordinaire d'être dans les 260. Il faut en profiter, même si on est, entre guillemets, sur un court "moins bien". Parce que dans une semaine, on ne sera plus à Roland-Garros, on sera sur nos cahiers.

Tu supportes quels joueurs, et de quelles nationalités, puisque tu en as trois ?

Honnêtement, s'il y a un match avec un Français et un inconnu, je supporterai le Français. Un Belge et un inconnu, je supporterai le Belge. Un Américain et un inconnu, je supporterai l'Américain. Mais mon joueur préféré est Roger Federer, bien sûr. C'est le meilleur, pour moi. Il est impressionnant. Si je pouvais le "ramasser", je serais vraiment super-content.

Et tu aimes bien David Goffin ?

Oui, je l'aime bien. Et en plus, je l'ai "ramassé", et il était vraiment super-gentil. Donc, c'est cool.

Tu joues au tennis à quel rythme, et à quel niveau ?

Je jouais beaucoup plus avant. Maintenant, je joue moins, mais j'ai quand même deux entraînements par semaine. Avant, j'en avais trois, voire quatre, plus un entraînement physique.

Tu as un jour eu envie de devenir joueur de tennis professionnel ?

Tout le monde a envie, je pense, quand il joue au tennis. Mais je sais que ce ne sera plus possible, c'est trop tard. Mais j'aurais adoré, c'est sûr, forcément.

On a assisté, ce matin, au briefing des ramasseurs de balles. Ca avait l'air assez sévère. On vous disait, à tous, de rester attentifs, de ne pas vous disperser. On vous disait qu'il y avait du relâchement...

On est là pour ça. Si on a été sélectionnés, c'est pour montrer une bonne image, pour se donner à fond, et ne rien laisser tomber. Donc, c'est normal, et cela ne dérange personne.

Vous étiez 260 au début du tournoi. Vous êtes toujours 260. Mais bientôt, on ne retiendra que les meilleurs, pour les finales. Quel est ton sentiment sur tes prestations ?

Tout le monde restera sur place, mais seuls 18 feront la finale. Honnêtement, je pense que je ne vais pas être dedans. Mais je profite quand même à fond, et je vais me donner à 100%. On verra bien. Il faut toujours espérer, il ne faut rien laisser tomber.

Pourquoi ne serais-tu pas dans les 18 ?

Parce que j'en ai vu ramasser des très bons. Ils sont super-réactifs. Là où cela se joue, c'est surtout dans les roulés. Quand on donne la balle d'un endroit à un autre, on se baisse et on fait rouler la balle sur le sol. Le but, c'est que la balle aille vite, et qu'elle ne fasse pas de rebonds. Et c'est ce qu'il y a de plus compliqué.

Tu t'es fait des copains ? Tu vas en revoir ?

J'espère que je vais en revoir. Ce serait cool...

A part ça, tu ne devrais pas être en examens, toi ?

Comme je suis en seconde, en France, je n'ai pas d'examens. Donc c'était la meilleure année pour le faire. Et je ne pourrai plus le faire l'année prochaine, parce que c'est pour les jeunes de 12 à 16 ans, et j'aurai atteint la limite.

Penses-tu regarder le tennis autrement à la télévision, après cette expérience ?

Déjà, quand on est dans les tribunes, à la fin de chaque point, on ne se focalise pas sur le joueur, mais on regarde tout ce qui se passe en dehors, les roulés, ce que font les ramasseurs. A la télé, on ne voit pas trop ce que font les ramasseurs, mais si je suis dans un stade, c'est sûr que je regarderai ça.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK