Tennis : la nouvelle génération est prête à prendre le pouvoir

Après l’éclatante victoire de Daniil Medvedev en finale face à Dominic Thiem au Masters de fin de saison, la question se pose parmi tous les spécialistes du tennis : la nouvelle génération est-elle entrain (enfin) de prendre le pouvoir sur l’illustre ancienne ? La question est presque un peu provocante surtout quand elle est posée juste à l’issue du Masters mais elle mérite tout de même de s’y attarder.

Le Masters, chasse gardée des jeunes loups

Cette année, Daniil Medvedev a succédé à Stefanos Tsitsipas au palmarès du Masters après le titre d’Alexander Zverev en 2018. Cela fait trois ans de suite que la nouvelle génération, emmenée par Thiem et qui regroupe – largement — les tops du tennis mondial âgé de moins de 28 ans, accroche le tournoi londonien (bientôt turinois).


>> Lire aussi : Daniil Medvedev ponctue sa semaine de rêve face à Thiem et remporte le titre


Parmi les trois anciens de la vieille garde du tennis (tous au-dessus des 33 printemps), Novak Djokovic est le dernier à avoir soulevé le trophée des Masters, c’était en 2015. 2011 pour Roger Federer et… Jamais pour Rafael Nadal dont la dernière finale remonte à 2013 (battu par Djokovic).

Bref, le Masters, tradition de la fin de saison de tennis, n’est plus sous domination de l’ancienne génération. Soit par manque d’envie, soit par manque d’énergie au terme d’une année souvent éprouvante. C'est d'ailleurs un peu pour ça que le débat des générations revient toujours en force en fin d'année mais cette fin de 2020 est peut-être différente. 

Les tournois du Grand Chelem restent dans le domaine des anciens, majoritairement

Oui car c’est bien de triompher au Masters saisons après saisons mais pour les suiveurs de tennis, c’est en Grand Chelem que "ça compte" vraiment. Et là, on est forcé de constater que la domination de la vieille garde est toujours éclatante. Bon déjà, rien que leurs palmarès réunis parmi les quatre grands tournois sont affolants : 20 titres en Grand Chelem pour Federer et Nadal plus 17 pour Djokovic. Ce sont tout simplement les trois meilleurs de l’histoire.

Et cette saison 2020 particulière n’a pas fait exception, ou presque. En l’absence de Wimbledon, Djokovic s’est imposé, comme souvent, en Australie. Pareil pour Nadal à Paris. Mais c’est à New York que la donne a changé : Dominic Thiem a enfin passé le cap en soulevant son premier titre en Grand Chelem. Une première pour toute une nouvelle génération et quoi peut-être servir d’inspiration pour la prochaine saison.

Une saison 2021 déclic pour les gamins ?

La vraie question est donc là : la passe d’armes se fera-t-elle lors de la saison 2021 ? Une question à laquelle il est, pour l’instant, difficile de répondre bien évidemment. Mais au sein de cette nouvelle génération, Medvedev et Thiem semblent être un grand au-dessus en termes de force mentale et de régularité comparés à Zverev et Tsitsipas, peut-être eux, encore un peu courts pour décrocher un titre en Grand Chelem. Mais outre la forme des gamins, il est plus que certain qu’il faudra toujours compter sur les trois anciens.

Le classement officiel de l’ATP de clôture de la fin de la saison 2020 peut d’ailleurs servir de préface des forces en présence pour la prochaine saison dans un mélange presque parfait entre l’ancienne et la nouvelle génération : 1. Djokovic, 2. Nadal, 3. Thiem, 4. Medvedev, 5. Federer, 6. Tsitsipas, 7. Zverev.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK