Tennis : il y a dix ans, Justine Henin mettait définitivement fin à sa carrière

Le 26 janvier 2011, Justine Henin rangeait définitivement sa raquette au placard.Une des plus grandes championnes du sport belge mettait un point final à son incroyable carrière. C'était il y a tout juste dix ans. Une retraite forcée à la suite d’une blessure au coude. Une retraite salvatrice, non loin des terrains de tennis.


►►►À lire aussi : La lettre d’adieu de Justine à ses fans


►►► À lire aussi : " Il y a deux dieux dans le sport belge : Eddy Merckx et Justine Henin "

 


Consultante en télévision, fort impliquée dans son académie de tennis à Limelette, Justine n’a pas fui les courts après la fin de sa carrière. Le tennis, elle l’a dans la peau. Par contre, la Rochefortoise s’est éloignée des médias et du devant de la scène. Un retour au calme épanouissant, tout comme l’arrivée de ses deux enfants et la possibilité d’enfin avoir une vie privée "normale".

Le gazon maudit de Wimbledon

Quarante-trois victoires WTA, sept tournois du Grand Chelem, une médaille d’or olympique, une Fed Cup… Sans compter les innombrables récompenses qu’elle a reçues à titre individuel et 117 semaines passées au sommet du tennis mondial. Le bilan comptable à la fin de la carrière de Justine était tout simplement démentiel.

Mais pas de Wimbledon au tableau : le seul tournoi du Grand-Chelem que Justine n’a pas remporté. C’est aussi là que Justine a contracté la blessure qui a mis définitivement fin à sa carrière. En 2010, alors que l’on assiste à notre duel belgo-belge favori en huitièmes de finale, Justine chute et se blesse au coude, les ligaments sont touchés. Kim Clijsters l’emporte, Justine est out pendant six mois. Elle revient au début de l’année 2011, mais la blessure est toujours là. Elle doit se rendre à l’évidence, malgré deux finales, elle ne remportera jamais Wimbledon. Pire encore, cette blessure sonne le glas de sa carrière à seulement 28 ans.

Beaucoup de Belges espèrent qu’elle reviendra encore une fois, comme après sa première retraite, mais ce ne sera pas le cas. En 2008, alors qu’elle était numéro une mondiale elle avait quitté le circuit à la surprise générale et à seulement 26 ans. Elle était revenue en 2010, avec pour objectif notamment de décrocher le Graal lors de la levée de Grand-Chelem londonien. Sa deuxième carrière aura donc été brève, au plus grand regret de ses fans.


Retrouvez le documentaire consacré à la carrière de Justine en intégralité sur Auvio : "Justine Henin : 'J’espère que t’es très fière de moi maman'"


 

Une histoire d’amour particulière avec Roland-Garros… et le peuple belge

6 images
Justine pose fièrement après sa première victoire à Roland-Garros, contre Kim Clijsters © Belga Image
Justine Henin reçue et félicitée par la foule sur la Grand-Place de Bruxelles © Belga Image

Si la fin de parcours ne s’est pas déroulée comme espérée, il y a aussi eu de très beaux moments durant ces douze années de carrière.

Les Belges gardent forcément en tête la médaille d’or olympique que Justine a décrochée à Athènes en 2004 mais aussi la très belle victoire en Fed Cup trois ans plus tôt. Sur la planète tennis, ce que l’on retient le plus quand on évoque Justine Henin, ce sont ses victoires à Roland-Garros.

Comme un hasard bien ficelé, Justine fête son anniversaire le premier juin. En pleine quinzaine parisienne… Paris où elle s’imposera quatre fois ! Tout simplement exceptionnel. Comme un destin tout tracé, un certain Rafael Nadal célèbre lui aussi son anniversaire pendant la quinzaine. Il a décroché 13 titres sur l’ocre de la capitale française.

Les prémisses de son histoire d’amour parisienne remontent à 1997 où la Belge avait soulevé le titre chez les juniores. Il faut attendre 2001 pour un résultat probant "chez les grandes". Justine s’offre une demi-finale face à Kim Clijsters, qu’elle perdra. En 2002, malade, elle sera éliminée au premier tour.

En 2003, Justine prend sa revanche sur Kim en finale cette fois et décroche son tout premier Grand-Chelem, à la Porte d’Auteuil, évidemment. Un exploit retentissant en Belgique, Justine était tout juste âgée de 21 ans. La jeune joueuse est alors accueillie en grande pompe par une Grand-Place de Bruxelles remplie de fiers supporters. Après Eddy Merckx ou les Diables rouges, au tour de Justine d’être accueillie par dix mille personnes. Un honneur encore plus incroyable pour un exploit individuel. C’est le début d’une sacrée histoire d’amour entre les Belges et Justine Henin, tout comme avec Kim Clijsters d’ailleurs… Quelle époque !

L’année d’après, Justine est de nouveau souffrante mais décide malgré tout de s’aligner à Paris. Elle échoue au deuxième tour et doit ensuite déclarer forfait à Wimbledon.

Commence alors l’âge d’or de "Justine à Paris." 2005, 2006, 2007 marqueront la carrière d’Henin et l’histoire du sport belge dans son entièreté. La joueuse décrochera le titre durant les trois années consécutivement. Une énorme preuve de régularité, un exploit retentissant. En 2008, Justine ne remet pas son titre en jeu, elle annonce la fin de sa première carrière à la mi-mai.

► L’article continue après la vidéo

Un Australian Open, deux US Open : 47 titres WTA au total

6 images
Justine Henin pose avec son premier trophée à Flushing Meadows © Belga Image
Justine embrasse son trophée à l’Australian Open 2004 © Belga Image
Justine pose avec son trophée après sa victoire à l’US Open 2007 © Belga Image

La carrière de Justine Henin ne se résume pas aux rendez-vous manqués de Wimbledon et à ses exploits parisiens. Elle compte tout de même 47 titres dont sept en Grand-Chelem…

Le tout premier ? C’était en mai 1999, au Flanders Open d’Anvers.

Elle a également inscrit l’US Open deux fois à son palmarès, en 2003 et en 2007. Et l’Australian Open une fois en 2004, encore une victoire face à Kim Clijsters.

En 2006 et 2007, Justine a également remporté le Masters, deux autres trophées majeurs dans son armoire bien remplie.

Son tout dernier tournoi remporté, c’était à Rosmalen en 2010.

On ne saura jamais ce qu’il serait advenu de cet exceptionnel palmarès si Justine n’avait pas chuté à Wimbledon. Mais s’il y a bien une carrière, un palmarès qui ne doit pas nourrir de regrets, ce sont ceux de cette incroyable championne qu’a été Justine Henin pour notre petit pays.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK