Tennis - Andy Murray : "La relève ? Aucun ne remportera 20 Grands Chelems comme Nadal, Djokovic ou Federer"

Présent à Anvers la semaine dernière pour disputer un tournoi qui lui tient à cœur puisque c’est là qu’il avait remporté son dernier titre ATP, le revenant Andy Murray savoure ce retour au premier plan après de longs mois de galères physiques. Le Britannique a répondu aux questions de notre collègue RTBF Vincent Langendries.

Considéré (trop) souvent comme le membre le plus faible du "Big Four" qui confisque presque hégémoniquement les titres en Grand-Chelem depuis 15 ans, Andy Murray est revenu sur la rivalité nouée au fil des ans avec les montres que sont Rafael Nadal, Novak Djokovic et Roger Federer. Il se rappelle de quelques joutes, parfois devenues mythiques, qui lui laissent un souvenir partagé au moment de se les remémorer : "Est-ce que je regrette d’être né en même temps qu’eux ? C’est une question difficile. Evidemment que d’un côte, je le regrette parce que je me dis que j’aurais pu gagner bien plus s’ils n’avaient pas été là ou si j’avais été 5 ou 6 ans plus jeune.

J’aurais eu davantage d’opportunités. Mais d’un autre côté, j’ai eu l’opportunité de jouer et de défier les meilleurs joueurs de l’histoire dans les plus grands tournois. J’ai pu affronter Nadal à Roland-Garros, Federer à Wimbledon, Djokovic à l’Australian Open et à l’US Open et toujours en finale, même aux Jeux Olympiques. Je n’ai évidemment pas gagné toutes ces rencontres mais j’en ai gagné quelques-unes. Je me sens chanceux d’avoir pu jouer contre eux, ils m’ont permis de m’améliorer en mettant la barre si haut. Donc, oui c’est une question difficile" explique-t-il longuement.

Zverev, Tsitsipas, Medvedev : qui pour prendre la relève ?

Alors que le Big Four montre, pour la première fois depuis de longues années, quelques signes de faiblesse et que le crépuscule de leurs riches carrières pointe tout doucement le bout de son nez, derrière les concurrents se bousculent pour prendre la relève. Lequel de ces jeunes issus de la Next Gen parviendra à faire la malle à ses adversaires ? Andy Murray a tenté de se projeter : "Pour moi, à l’heure actuelle, Medvedev est le mieux armé pour gagner sur dur. Il vient de remporter l’US Open, mais avant cela, ses résultats sur dur étaient excellents. Je pense que son jeu est plus complet que celui des autres. Sur terre battue c’est difficile à dire.

Tsitsipas est pas mal du tout mais il y a plusieurs autres gars qui pourraient gagner aussi. Et sur gazon, c’est encore plus dur parce que même si les balles sont plus lentes, ça reste une surface pour spécialistes et il n’y en a pas énormément. Même Tsitsipas et Medvedev ont eu des difficultés sur cette surface donc je ne sais pas vraiment. Je pense aussi à Alcaraz qui a un potentiel énorme mais qui est toujours jeune. Il y a pas mal de gars qui pourraient viser le haut du panier. On verra dans 5 ou 10 ans qui sera parvenu à prendre le dessus mais je ne pense pas que l’un d’entre eux parviendra à remporter 20 Grands-Chelems comme l’ont fait les 3 monstres."

D’accord avec Andy Murray ?

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK