Steve Darcis: "Cette épreuve ne devrait plus s'appeler 'Coupe Davis', c'est ridicule"

Steve Darcis était sur le terrain et dans les tribunes, pendant les matches de Coupe Davis
Steve Darcis était sur le terrain et dans les tribunes, pendant les matches de Coupe Davis - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La Coupe Davis telle qu'on l'a connue depuis 118 ans va disparaître à la fin de cette saison.  Pour laisser la place à une nouvelle formule, entérinée hier, lors de l'Assemblée Générale de la Fédération Internationale de Tennis.  Les matches à domicile disparaissent quasiment, sauf au premier tour, qualificatif pour la phase finale à 18.  Une phase finale qui sera organisée en une semaine, et en un même lieu.  
Rien ne sera plus jamais comme avant.  De nombreux joueurs et d'amateurs de tennis pensent que ce sera forcément moins bien qu'avant...  
Steve Darcis a toujours tout donné, quand il jouait pour la Belgique.  Ses résultats, ses matches à rebondissements, sa passion pour l'épreuve, ont fait de lui "Monsieur Coupe Davis".  Forcément, la réforme, radicale, est un déchirement, pour lui...

Entretien...

Steve, la décision tombée hier, vous la considérez comme catastrophique ?

C'est vraiment triste.  Je ne suis pas le seul joueur à le penser.  Et les capitaines, aussi, le pensent.  Et plein de pays également.  La Coupe Davis est clairement morte.  C'est une autre compétition qui la remplace.  C'est un peu triste que ça se termine comme ça.

A la limite, vous préféreriez que l'on n'appelle plus ça "Coupe Davis" ?

Ce n'est plus une Coupe Davis, de toutes façons...  Si j'ai bien lu le règlement, ils descendent à trois joueurs par équipe, c'est en deux sets gagnants, tout va se jouer au même endroit.  Non, ce n'est plus du tout une Coupe Davis.  Pour moi, il faut qu'ils trouvent un autre nom, parce que là, c'est vraiment ridicule.

Cela vous étonne, qu'ils aient été jusqu'au bout, que l'argent ait finalement gagné ?  

Dans le monde actuel, je crois que l'argent gagne toujours.  Là, on a encore la preuve que c'est comme ça, et que le monde est régi par l'argent.  C'est triste, mais c'est la vie qui fait ça.  Et on a encore la preuve qu'on ne peut pas lutter.

Vous avez souvent été blessé pendant votre carrière, et vous l'êtes en ce moment.  Est-ce que quand vous étiez loin du circuit, le fait de pouvoir encore jouer la Coupe Davis à votre retour, vous motivait encore plus ?

Moi, j'ai commencé le tennis pour faire des Grands Chelems, parce que je les voyais à la télé.  Et pour jouer la Coupe Davis, parce que ça me faisait vibrer de voir les résultats et de regarder tous les matches "en live".  La Coupe Davis est l'une des deux choses qui m'ont fait commencer le tennis.   Donc ce qui se passe maintenant est clairement une énorme déception.  Et ça fait quand même assez mal, oui...

En ce moment, il y a plein de jeunes joueurs, un peu partout, qui rêvent aussi de disputer la Coupe Davis, dans des stades de 5000 ou 10.000 personnes, à domicile.  Et ils ne vivront jamais ça...

Malheureusement, ils vivront une autre compétition, qui n'aura rien à voir avec la Coupe Davis.  On se dira peut-être, après quelques années, que c'était un bon changement.  Mais maintenant, c'est compliqué à digérer.  On balaye 118 années d'histoire, comme ça, avec un petit billet.  Ou un gros billet, même...

Vous la jouerez encore, cette épreuve ?

Je verrai d'abord comment je récupère, comment je me sens l'année prochaine, et si je suis sélectionné.  Ca reste une compétition par équipes, cela reste quelque chose à essayer.  Il faut lui laisser une petite chance, même si on n'est pas d'accord.  Et puis, voir comment cela se passe après un an, si c'est bien ou pas bien, et tirer les conclusions.  Mais si mon état le permet, et si tout se met bien, j'essayerai de jouer cette nouvelle compétition, oui.  

La phase finale aura lieu fin novembre 2019.  Et fin décembre, un mois plus tard, il y aura une nouvelle épreuve, créée par l'ATP, la Coupe du monde de tennis.  Les gens risquent de ne pas s'y retrouver, et les joueurs vont avoir du mal à prendre des vacances.  C'est un problème, ces deux épreuves coup sur coup...

Je crois qu'au final, on arrivera au même problème, les joueurs jouent beaucoup trop.  Ceux qui jouent un peu moins font des exhibitions à gauche et à droite, pour gagner de l'argent.  La Coupe Davis, ça prend du temps et c'est de la fatigue.  Il y aura la Coupe du monde, il y aura cette nouvelle formule de la Coupe Davis, il y aura des exhibitions dans tous les sens.  Les joueurs jouent de toutes façons trop, et vont chercher de l'argent partout.  Je ne pense pas que cela changera grand chose...

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK