Revoir l'entretien intime avec Justine

Regardez l'émission complète et les séquences ici

La championne s'est d'abord entretenue avec Michel Lecomte. Elle a expliqué le pourquoi de cet entretien et s'est ouverte pour évoquer sa personnalité quelque fois controversée.

"Je ne suis pas née pour être championne. Je suis plutôt du style à longer les murs et à me faire discrète. J'ai choisi un métier où j'étais constamment mise en avant. Et cette mise en avant, cette mise en lumière, m'a placé dans des situations où je n'étais pas à l'aise. J'ai souffert de ça et de cette incompréhension du public", a-t-elle confié.

Après cette première partie introductive, Justine a rejoint Laurent Bruwier et Benjamin Deceuninck qui ont commenté la carrière de Justine sur les antennes de la RTBF. Ensemble ils ont repassé en images les moments forts de sa carrière. "Le moment le plus magique restera cette 1/2 finale des JO d'Athènes en 2004", explique-t-elle.

A nouveau aux côtés de Michel Lecomte pour la fin de l'entretien, Justine a expliqué les raisons de son premier arrêt de carrière, les gros coups de blues et de déprime qu'elle a connus. Elle s'est aussi confiée sur les rumeurs de dopage dont elle a fait plusieurs fois l'objet. "Ça a semé le doute dans la tête des gens proches de moi. (...) Avec le recul, peut-être que j'aurais dû réagir à toutes ces rumeurs".

Carlos et Kim

Au fur et à mesure, Justine se lâche et fait des confidences inattendues. "Je reconnais, je peux être chiante", lance-t-elle.

La Rochefortoise parle longuement de sa relation fusionnelle avec Carlos. "Si je dois décrire Carlos, je dirais : un guide, un mentor. Il m'a appris à avoir moins peur".

Par rapport à Kim Clijsters elle comprend les sempiternelles comparaisons mais regrette les excès (cfr: le titre de Paris-Match : "Le bonheur de Kim l’a tuée"). "On ne serait jamais devenue aussi bonnes l'une sans l'autre. (...) Mais de par l'adversité, il était impossible que l'on soit amies et proches", poursuit-elle.

La vie devant soi

Justine voit maintenant son avenir en famille et toujours en tennis. "Je rêve d'une vie de famille, d'avoir des enfants. La suite, j'espère que ce sera l'histoire de ma vie mais avec la maturité que j'ai trouvée. Et je compte rester dans le tennis, notamment avec l'académie. Je veux aussi garder un pied dans le caritatif et l'humanitaire".

J.Helguers avec M.Lecomte, L.Bruwier et B.Deceuninck

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK