Rétro : Justine Henin se qualifie pour la finale des Jeux Olympiques d'Athènes, à l'issue d'un match fou

En février 2011, quelques jours après avoir définitivement rangé sa raquette, Justine Henin avait accordé un long entretien à la RTBF. A l’heure du bilan, elle pointait une rencontre comme le plus grand moment de sa carrière : sa demi-finale contre la Russe Anastasia Myskina, aux Jeux Olympiques d’Athènes

Août 2004…

Justine Henin arrive dans la capitale grecque sans beaucoup de repères. Les Jeux Olympiques sont une expérience exceptionnelle, même pour une joueuse de tennis habituée aux grands rendez-vous. Mais pourra-t-elle en profiter ? Sera-t-elle capable de jouer au niveau de la numéro un mondiale qu’elle est à ce moment-là ? Elle est dans l’incertitude, depuis quelques mois.

En avril, elle se sent faible, et des examens révèlent qu’elle souffre d’un cytomégalovirus. Elle doit se reposer. A la fin du mois de mai, elle n’est pas guérie, mais elle joue à Roland-Garros, pour tenter de défendre son titre, le premier qu’elle avait gagné en Grand Chelem. Elle s’incline dès le deuxième tour. Dans la foulée, elle déclare forfait pour Wimbledon, et pour toute la saison sur gazon.

Elle effectue son retour aux Jeux Olympiques d’Athènes. Tout se passe bien dans les premiers tours, et elle se rassure très vite. Elle bat Barbora Strycova, Maria Vento, Nicole Pratt, Mary Pierce, chaque fois en deux sets. Et en impressionnant.


>>> Retrouvez notre section "Catalogue à la demande" avec les plus grands exploits sportifs belges, et quelques internationaux


20 août 2004…

Arrive la demi-finale contre Anastasia Myskina. La Russe est troisième, au classement mondial. Et elle a pris une autre dimension quelques semaines plus tôt. C’est elle qui a succédé à la joueuse belge, au palmarès de Roland-Garros.

La suite, c’est un face-à-face entré dans l’histoire… Un suspense haletant… Un retournement de situation incroyable… Un très grand moment de tennis…

Justine Henin gagne le premier set 7/5. Et elle mène 4/2 dans la deuxième manche, puis 5/4, avec son service à suivre. Et là, c’est la panne… La Belge n’y est plus; elle commet de plus en plus de fautes, elle semble fatiguée.

Les jeux défilent. Myskina gagne le deuxième set 7/5. Et elle s’envole, dans la manche décisive. 5/1 pour elle, qui se retrouve à son tour à un jeu de la qualification pour la grande finale.


►►► À lire aussi : Les histoires des médaillés belges aux JO


Mais en tennis, tout peut arriver. Et avec Justine Henin, tout peut arriver. Elle n’a pas envie de revenir sur le court, le lendemain, et de lutter pour la médaille de bronze. Elle veut l’or… Elle va se battre…

Petit à petit, point après point, jeu après jeu, Justine revient. Elle retrouve toute son énergie, et son adversaire commence à céder. On lit la rage de vaincre, dans les yeux de la numéro un mondiale; on voit déjà poindre quelques larmes dans les yeux de la joueuse russe.

Justine Henin a refusé la défaite, a puisé dans ses réserves les plus profondes, et s’est imposée 8/6 dans la dernière manche. 25 frappes ont été nécessaires, lors de la balle de match. La meilleure joueuse du moment peut maintenant souffler, tenter de réaliser, se tourner vers son clan et sourire. Elle sera sur le podium olympique. Elle vient de faire vivre à toute la Belgique un moment magique.

La suite, on la connaît. Le lendemain, elle a battu Amélie Mauresmo en finale. Plus facilement, 6/3-6/3. Et elle est devenue championne olympique…