Monami: "Les dés étaient pipés, certaines joueuses ne m'ont jamais acceptée comme capitaine"

Monami: "Les dés étaient pipés, certaines joueuses ne m’ont jamais acceptée comme capitaine"
Monami: "Les dés étaient pipés, certaines joueuses ne m’ont jamais acceptée comme capitaine" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La fédération belge de tennis (FRBT) a mis un terme samedi dernier au contrat de Dominique Monami en tant que capitaine de l'équipe belge de Fed Cup. Une décision qui a fortement touché la Belge, qui s'est confiée à Sudpresse "J’ai été anéantie d’apprendre que la Fédération avait décidé de me couper la tête. Mon plus grand rêve est devenu mon pire cauchemar. Je ne tourne pas la page, ici, je referme carrément le livre…" explique l'ancienne 1/4 de finaliste à l'Australian Open.

"Les relations entre Dominique et l'équipe ne semblaient plus optimales", a justifié la fédération belge qui a mis fin à sa collaboration. "D’après ce qu’on m’a dit, une partie des joueuses me critique pour ma tactique, mon manque de plus value sur le terrain, mon caractère stressé et le manque de confiance en moi…" déclare Dominique Monami. "Dès le début, les dés étaient pipés. Certaines joueuses ne m’ont jamais acceptée comme capitaine. Je pensais être accueillie à bras ouverts, mais de suite, Kirsten Flipkens et Yanina Wickmayer m’ont fait comprendre que je n’étais pas leur choix et s’offusquaient de ne pas avoir été consultées."

"A partir du moment où une joueuse, Kirsten Flipkens, a décidé de pourrir le double décisif en France, vous pouvez être la meilleure capitaine du monde, la rencontre, elle est perdue…" enchaîne Monami, soulignant que du côté Français, Mladenovic a su tirer Amandine Hesse vers le haut, au contraire de Kirsten Kirsten avec Elise Mertens. "À aucun moment, je n’ai senti une équipe avec le couteau entre les dents pour aller chercher tout de même un point pour aller en demi-finale mondiale."

"Ce n’est pas un règlement de compte, je n’ai pas pour habitude de tout déballer en public" se justifie, pour terminer, l'ancienne capitaine de l'équipe belge de Fed Cup. "J’ai toujours voulu protéger mes joueuses. Mais là, on ne me laisse plus le choix et je veux clarifier les choses car, pour une fois, les gens doivent savoir dans quelle pièce on joue et avec qui."
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK