"L'ATP nous a donné une note de 18/20"

Richard Gasquet
Richard Gasquet - © DIRK WAEM - BELGA

Le tournoi d'Anvers a retrouvé sa place dans le calendrier masculin, après 18 ans d'absence. La préparation a duré 9 mois, l'accouchement s'est bien passé, et le bébé a vécu une belle première semaine, ponctuée par la victoire du Français Richard Gasquet. Il est temps de dresser le bilan de cette première édition. Avec Andy Hancock, le directeur du tournoi. Et avec Sébastien Grosjean, copropriétaire, organisateur, et entraîneur de Sébastien Grosjean. Entretiens...

Andy Hancock, on a l'impression que vous êtes satisfait de cette semaine anversoise...

Oui, le bilan, pour moi, est extrêmement positif. On a reçu le rapport de fin de tournoi de l'ATP Tour, et ils nous ont donné un 18 sur 20. Si j'étais à l'école, je serais ravi. Ca a été beaucoup de travail, pendant 9 mois. Le représentant de l'ATP m'a dit qu'il était sur le circuit depuis 25 ans, et il a rarement vu un premier tournoi aussi réussi. Il trouvait que c'était déjà mieux organisé que certains autres, pourtant bien installés. C'est un vrai compliment pour mon équipe, qui a travaillé jours et nuits pendant des mois. Et le week-end, il y a eu une bonne ambiance, beaucoup de monde. Et les joueurs sont très contents. Richard Gasquet m'a déjà dit que c'était fantastique, et il m'a félicité. Je suis vraiment très content.

Plaire aux joueurs, c'est le plus important...

Sans les joueurs, il n'y a pas de tournoi. Et je sais par expérience que si on plaît aux joueurs, si on fait tout pour les satisfaire, ils iront ensuite le répéter aux autres joueurs du circuit, et faire la "publicité" du tournoi. Ce qui va nous donner plus de possibilités de convaincre d'autres joueurs pour l'avenir.

Qu'avez-vous fait pour les joueurs, qu'ils ne retrouvaient pas ailleurs ?

Il y a surtout le terrain d'entraînement, qu'on a mis devant la gare, et surtout devant leur hôtel. Pour eux, c'était une facilité absolue. Et la surface était la même qu'au Lotto Arena. La nourriture qu'on leur servait était excellente, ils l'ont tous remarqué. On est en Belgique, et moi qui suis Britannique, je sais qu'on mange bien ici. Ils ont très bien mangé, et c'est très important. Il y a aussi les transports, entre l'hôtel et la salle, et c'est aussi très important. Tout cela, ce sont des bases qui sont primordiales pour qu'ils puissent vivre une bonne semaine.

C'était 9 mois de préparation, un tournoi comme celui-là ?

C'était 9 mois de préparation pour la première édition, et maintenant, ce sera un an de préparation.

La salle était pratiquement pleine pour la finale, et il y avait une belle ambiance. Il y a eu moins de monde pendant la semaine, mais on comprend qu'il soit difficile de remplir un lundi à 13h. Combien de personnes sont venues assister aux rencontres ?

On a eu 16.500 visiteurs, ce qui est très bien pour une première édition. Une première mise en place n'est jamais facile. Et faire sortir les gens en semaine, un lundi, un mardi, pendant une période scolaire, n'est évidemment pas facile non plus. Mais globalement, on a vu que les gens ont répondu présent.

Ecoutez Andy Hancock...

 

Sébastien Grosjean, vous êtes probablement doublement heureux.  Le tournoi est une réussite, et votre joueur a gagné...

Oui, c'est super, pour une première édition, d'avoir Richard comme vainqueur. On a eu une très belle finale et un beau week-end, avec énormément de monde dans les tribunes. On aurait bien évidemment aimé qu'il y ait plus de monde en début de semaine, mais je crois que l'événement est monté en puissance, et la première édition est une réussite.

Les joueurs sont contents, et l'ATP semble vous avoir donné une bonne note...

Le bilan officiel de l'ATP doit encore arriver, mais le retour est positif, en ce qui concerne les installations, l'organisation, les courts d'entraînement, l'hôtel, la salle de gym. Tout cela a été bien fait par toute l'équipe, et on peut donc être satisfaits.

Vous aviez mis la pression à Richard Gasquet, depuis des mois, pour qu'il gagne tournoi ?

Non, on ne lui met pas de pression. Chaque semaine il y a des tournois et il a des objectifs. Chaque semaine il essaye de donner le maximum. Et ici, cela lui tenait à coeur parce qu'on est dans l'organisation;et parce qu'on organise un tournoi en Belgique, ce qui est important pour nous, les Français. Il a bien géré, ce qui est plus facile, avec son expérience. Et il a pu réussir une belle semaine.

Votre semaine à vous, on peut supposer qu'elle était chargée. Vous deviez vous occuper de plein de choses, ce qui devait être particulier...

Oui, mais l'équipe a fait beaucoup plus de travail que moi. Moi, j'étais assez concentré sur Richard, parce que c'est aussi important d'avoir des têtes d'affiche qui vont loin dans un événement. Mais c'est vrai que j'essaye de voir tout ce qu'on peut tenter d'encore améliorer, pour qu'il y ait encore plus de monde, plus de sponsors. Cette nouvelle casquette, c'est quelque chose de différent, pour moi. Je m'investis, mais c'est toujours dans le tennis, et c'est ce que j'aime. Ce sport m'a tellement apporté, et rester impliqué dans plusieurs domaines est ce qui me fait le plus plaisir.

Vous avez appris un ou deux mots de flamand, pendant la semaine ?

Non, je suis désolé, mais c'est trop difficile. En plus je ne suis pas très fort dans les langues...

Ecoutez Sébastien Grosjean...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK