Kim Clijsters : "C'est peut-être un peu fou mais je trouve cela chouette de relever ce défi"

Kim Clijsters a convié la presse belge ce mercredi. Après avoir dévoilé son staff et son programme, elle nous a accordé une interview en face-à-face. Ce qui ressort principalement des propos de la Belge, c’est une envie irrépressible de regoûter à la compétition, avec des objectifs au jour le jour.

"Ce qui m’a motivée, c’est un sentiment que j’ai eu et qui s’est déclenché petit à petit quand j’allais sur un tournoi. Et puis il s’en allait quand je rentrais à la maison et que je retrouvais ma famille. Le sentiment a grandi petit à petit jusqu’au moment où je me suis dit : 'Je le fais ou je ne le fais pas ?'. Et puis j’ai pris la décision : 'On y va'."

Se comparer à Serena Williams, de la même génération, Kim refuse. Même si elle est évidemment très admirative de la joueuse américaine. "Je trouve que ce que fait Serena est incroyable mais je ne veux pas me comparer avec quelqu’un d’autre. C’est un sentiment qui vient de moi. Certaines personnes me disaient que si je m’entraînais trois ou six mois, je pourrais retrouver le Top 20. J’en rigolais, mais ça me restait quand même toujours un peu en tête. Et depuis que la petite dernière est rentrée à l’école, j’ai commencé à réfléchir au fait que j’allais avoir plus de temps pour m’entraîner pendant la journée. Cela a grandi de manière organique. Il n’y a pas une raison précise, mais plutôt un sentiment et une ambition qui s’est réveillée. C’est peut-être un peu fou mais je trouve cela chouette de relever ce défi…"

Dès son retour, nombreux ont été ceux qui se sont mis à rêver d'un double Clijsters-Mertens aux JO... "Ces dernières semaines, on a beaucoup parlé des JO mais pour moi, c’est vraiment très loin. Je ne veux pas prendre la place de quelqu’un qui le mérite plus que moi. J’essaie de faire ce que je dois au quotidien pour atteindre le niveau le plus élevé possible. Et on verra bien ce que l’avenir nous réserve. Mais affirmer que je vais jouer aux Jeux avec Elise (Mertens), je n’y ai pas vraiment pensé. Il y a encore tellement d’étapes à franchir avant de penser à cela."

La joueuse de 36 ans devra être particulièrement à l'écoute de son corps... "Cela a été un point d’attention ces derniers mois. On a beaucoup travaillé pour que mon corps soit assez solide pour résister à l’impact. Mon tennis est effectivement très physique. Je ne vais pas m’aligner dans un tournoi, si je ne me sens pas capable de jouer mon jeu. Je devrais peut-être faire quelques adaptations mais le but est de jouer un jeu qui me convient."

Prendre du plaisir, c'est bien là le principal objectif de Kim: "A cet instant, il ne s’agit pas de gagner. Je veux d’abord faire quelque chose qu’il me plait. Et je verrai si ce niveau est assez bon. Je ne compare pas avec ce que j’ai fait il y a quelques années. La situation est totalement neuve, j’essaie autant que possible de tirer le meilleur de chaque moment, de m’améliorer et de voir où est la limite. Je ne l’ai pas encore atteinte et on va continuer à progresser pas à pas."

Elle recommencera la compétition le 2 mars prochain à Monterrey. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK