Joachim Gérard a gagné son tournoi de préparation, avant l'Open d'Australie

Joachim Gérard
Joachim Gérard - © PATRICK HAMILTON - BELGA

Comme Elise Mertens il y a quelques jours, Joachim Gérard, le numéro un belge du tennis en fauteuil, s’est imposé lors de la répétition générale, à quelques kilomètres de Melbourne Park. Il a remporté le Melbourne Wheelchair Open, en battant l’Argentin Gustavo Fernandez en finale, 6/1-6/4.

Joachim Gérard a gagné sans forcément jouer à son meilleur niveau, ce qui est toujours bon à prendre. "Je ne peux pas qualifier ma semaine de très bonne. Je m’en suis sorti de justesse, au premier tour, contre Stéphane Houdet. Par la suite j’ai réussi à plus ou moins jouer mon tennis. Pas encore mon meilleur tennis, mais un tennis suffisant, dans des conditions pas faciles, dans le vent. J’ai réussi à me poser, à prendre du plaisir sur le terrain, et à gagner ce tournoi. Ce qui me fait extrêmement plaisir."

Tout cela est de bon augure avant le début de son Australian Open, dimanche. Et en même temps, cela ne garantit rien. "Je ne sais pas si cela veut dire que je vais faire un bon Grand Chelem. Les cartes sont remises en jeu, et il va falloir jouer les bonnes cartes au bon moment. J’ai hâte d’y être et de commencer. La confiance est là sans être là. Il ne faut surtout pas se reposer sur la semaine que je viens de faire. Il y a de belles choses à garder en tête, et des moins bonnes à modifier."

Tous les joueurs valides, qui ont commencé leur Open d’Australie depuis lundi, affirment que les courts n’ont jamais été aussi rapides. Joachim Gérard ne l’avait pas constaté, lors de ses deux semaines d'entraînement. "Cela m’arrange, s’ils sont rapides, parce que dans le club qui a organisé les tournois de préparation, les courts étaient un peu plus rapides que les autres années. Cela veut donc dire qu’on sera bien préparés".

Maintenant qu’il a gagné une coupe, Joachim Gérard a-t-il encore de la place dans sa valise, pour éventuellement y mettre d’autres coupes, si l’Australian Open se passe bien ? "Non, mais la place, elle se fait toujours, pour des choses aussi extraordinaires qu’un trophée de Grand Chelem".

Ecoutez Joachim Gérard...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK