Jeu, 7 et grand match !

Unique en soi, déjà ! Jespère un niveau à la hauteur de leur dernier récital, ce régal, ce moment brillant entre les brindilles du gazon londonien. Dans ce tournoi-ci, on a vu un Federer presque laborieux contre Berdych. Et puis bardaf, cest lenvolée : contre Del Potro, le prestigieux prestidigitateur suisse avait retrouvé sa raquette magique. Le moindre de ses coups mettait Del Potro dans le pétrin. Je navais jamais vu un match avec aussi peu de suspense aussi agréable à regarder. Pour tout vous avouer, je lai regardé deux fois.  Alors que je déteste le sport à la télé sans suspense ! Mais bon, une leçon gratuite du meilleur prof de tennis du monde, ça ne se refuse pas ! Il est resté sur son nuage au tour suivant, contre Roddick ! Un Andy endiablé en ce début dannée, qui a lui aussi retrouvé son meilleur niveau. Pour cela, pas de secret, il a bossé. Perdu 7 kilos pour faire à nouveau le poids. Le travail, cest la santé aussi pour Verdasco : entraîné par lancien préparateur physique dAgassi, il joue désormais avec des jambes de feu, des bottes de « set-lieues ». Une piste à explorer, peut-être, pour Xavier Malisse. Le seul Belge à avoir franchi un tour a prouvé contre Roddick quil avait toujours un bras de Top 20. Reste à trouver un physique à la hauteur de ce talent. Travailler plus, pour gagner plus Mais Roddick et Verdasco sont tombés sur encore plus forts queux. Deux immenses talents. Deux grands travailleurs. Federer pourrait égaler le record de Sampras en cas de victoire. Mais, imaginez un succès de Nadal ! Ce serait son sixième titre en Grand Chelem ! A 22 ans ! Bref, ces deux-là nont pas fini daffoler les compteurs. Et les conteurs de belles histoires de sport. Ces rivalités qui font vibrer les passionnés. Et les Aussies, aussi.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK