" Il y a deux dieux dans le sport belge : Eddy Merckx et Justine Henin "

Il y a tout juste dix ans, Justine Henin rangeait définitivement sa raquette. Depuis, l’ex-joueuse s’épanouit dans sa vie privée mais aussi dans sa fondation et son académie de tennis. Nous avons contacté celui qui a été son manager pendant sa carrière, Benoit Cuisinier. Il nous confie ce qu’il retient de l’incroyable carrière de la Rochefortoise mais aussi à quel point elle s’épanouit depuis son retour "à la vie normale".


►►► À lire aussi : Tennis : il y a dix ans, Justine Henin mettait définitivement fin à sa carrière


Pour Benoit Cuisinier, un seul sportif tient la comparaison avec Justine Henin, et pas des moindres : "Pour moi, il y a deux personnes qui sont les dieux du sport belge. Il y a Eddy Merckx et il y a Justine Henin. Un homme, une femme, des générations différentes. Quand on regarde la carrière d’Eddy, lui qui est encore apprécié 50 ans après le grand départ du Tour de France de Bruxelles, 50 ans après c’est quelqu’un qui est encore admiré par le monde belge. Je pense que Justine, c’est la même chose. Et cette notoriété ne sera que grandissante, parce que le Belge, pour moi, ne se rend pas compte, parfois, du succès et c’est par après qu’il se rend compte de ce qui a été fait."


Retrouvez le documentaire consacré à la carrière de Justine Henin : "J’espère que t’es très fière de moi maman"


Mais que retenir de cette carrière ? "Ce que je retiens de meilleur, c’est qu’elle soit restée elle-même. C’est Justine Henin, c’est l’abnégation, le travail, le jusqu’au-boutisme. Ce sont ses valeurs. Même après sa carrière elle en a retrouvé d’autres. Ses valeurs liées à son rôle de maman mais aussi d’amitié… Ce que je retiendrais d’elle, de façon très positive dans sa carrière et en dehors, ce sont ses valeurs."

Un seul petit regret cependant : "Le moins bon moment de sa carrière, ou le côté négatif de sa carrière, c’est peut-être qu’elle n’a jamais gagné Wimbledon. Mais c’est justement là où est le mythe. Il ne peut pas vraiment y avoir de moment négatif dans une carrière comme celle de Justine."

Après le tennis, la Belge a enfin pu trouver une forme de vie normale et elle s’y épanouit totalement : " Je pense qu’après une carrière, la reconversion n’est pas facile. Elle a su faire le travail pour avoir, malgré tous ses succès, une vie normale après une vie de sportive de tout haut niveau. […] Je pense qu’elle s’épanouit très fort. Je vais d’ailleurs vous raconter une petite anecdote : un jour je lui dis, ‘mais Justine, si tu arrêtes ta carrière, après avoir survolé Bruxelles en avion un 21 juillet, avoir rencontré des présidents des Etats-Unis, après avoir tout fait, mais que te reste-t-il à faire dans ta vie ? Elle me répond : ‘Juste être maman’." 

L’ex-manager de Justine termine sur une anecdote parlante : "Ce que je retiendrai dans sa nouvelle carrière, c’est son association à laquelle elle ne donne pas juste son nom mais aussi toute son énergie. Elle a aussi toujours son club de tennis, son centre de formation. Et puis je vais vous raconter une anecdote. Un jour, un joueur de tennis expliquait à son fils qu’il pourrait faire une fois une photo avec Justine Henin au club, et il lui expliquait qui était vraiment Justine que son fils n’a pas connue, il était trop jeune. Le papa va donc au club avec son fils et demande à Justine si elle accepte de faire une photo avec lui. Le fiston s’est retourné vers son papa en disant, mais moi j’aurais voulu faire une photo avec Justine, pas avec la personne qui gère son club… Ça montre à quel point Justine est retournée dans une normalité. Comme monsieur et madame tout le monde. Ça montre qui est Justine Henin aujourd’hui, une personne avec les pieds sur terre, qui fait son bout de chemin comme tout le monde doit le faire."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK