Fanny, Joachim et les autres...

Thierry Luthers
Thierry Luthers - © RTBF.be

Le sport belge a vécu de belles émotions ce week-end. Mais tous les exploits ne sont pas exposés médiatiquement de la même manière…

Bravo à Fanny Lecluyse, médaillée d’or aux championnats d’Europe de natation en petit bassin (16 ans après Brigitte Becue) et félicitations à nos hockeyeurs, finalistes de la Word League face aux Australiens, numéros 1 mondiaux. Les "Red Lions" constitueront bel et bien une chance de médaille belge dans huit mois aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro.

Et, en septembre, comme le veut la tradition depuis 1988, la ville brésilienne accueillera aussi les Jeux Paralympiques…Un de nos compatriotes y arrivera avec de grosses ambitions. Car c’est un authentique exploit que vient de réaliser Joachim Gérard. A 27 ans, le Brabançon vient de décrocher le Masters de tennis en chaise roulante…à Londres, vengeant ainsi en quelque sorte symboliquement notre équipe malheureuse de Coupe Davis…

4ème mondial, Joachim a fait très fort en battant deux fois, en poules et en finales, le Japonais Shingo Kunieda qui restait sur 77 succès consécutifs et deux ans d’invincibilité…

Huitième de finaliste à Pékin et quart de finaliste quatre ans plus tard à Londres, Gérard suit une belle progression olympique et rêve légitimement de podium et de médaille. C’est un athlète de haut niveau à part entière, un professionnel, un gros bosseur qui s’entraîne assidument sous la houlette de son coach Marc Grandjean à l’Académie Justine Henin à Limelette. Et alors que la plupart des tennismen sont entrés dans leur traditionnelle coupure du mois de décembre, lui n’arrêtera pas. Le mot " vacances " a disparu depuis longtemps de son vocabulaire. Il est devenu un véritable "addict" du sport. Le sport qui a changé une vie qui n’a pas toujours été rose… Retour sur l’itinéraire d’un enfant (peu) gâté…

Dès l’âge de neuf mois, Joachim a contracté une polio à la jambe droite. Un handicap qu’il va surmonter à force de caractère. Et la pratique du tennis dès l’âge de 12 ans sous l’impulsion paternelle alors qu’il s’ennuyait dans la vie, c’est lui-même qui le dit, va lui offrir cette chance de se surpasser, d’aller au bout de l’effort et de ses rêves. Même si, les titres majeurs se refusent à lui dans un premier temps.

Commentaire de son coach Marc Grandjean : "C’est dans la tête que cela ne va pas parfois alors que la technique est toujours là. C’est un joueur flamboyant qui adore les beaux coups mais il doit gagner en régularité…"

Cette fois, ça y est : il est devenu littéralement le " Maître " de sa discipline, vainqueur d’un tournoi prestigieux réunissant les huit meilleures raquettes mondiales… Et le chemin vers Rio est, peut-être, devenu une voie royale…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK