David Goffin : tirer les leçons de 2020 pour revenir boosté à bloc en 2021

Goffin qui rit, Goffin qui pleure, vivement 2021
Goffin qui rit, Goffin qui pleure, vivement 2021 - © Belga Image

Saison en demi-teinte, saison à oublier… David Goffin n’a pas vécu une année 2020 idéale. Elle n’avait pourtant pas trop mal commencé, mais le Coronavirus est passé par là. L’heure est au repos pour le joueur, mais aussi au bilan.

La saison 2020 de tennis a inévitablement été perturbée par le Covid-19 de par son organisation très internationale. Tournois du Grand-Chelem reportés, Wimbledon annulé, ce n’était évidemment pas une saison comme les autres. Une situation à laquelle certains se sont bien adaptés. On peut dire que ce n’est pas le cas de David Goffin, qui a malheureusement lui même contracté le virus en fin de saison. Perte de repères, de rythme, de motivation, fin de collaboration avec son coach… Il doit désormais se servir de son vécu pour revenir plus fort la saison prochaine. Avec de nouvelles bases et de nouveaux acquis. Retour sur une saison mi-figue, mi-raisin.

Quelques chiffres et faits marquants

  • 12 tournois disputés (officiels et exhibitions)
  • 32 rencontres jouées en 2020 - 16 victoires, 16 défaites
  • Participation aux 3 Grands-Chelem de l’année

Open d’Australie : 16e de finale ♦ US Open : 8e de finale ♦ Roland-Garros : 1er tour

  • Meilleur joueur battu : Rafael Nadal, ATP CUP, Australie – Janvier 2020
  • Testé positif au Coronavirus le 7 octobre et le 16 octobre
  • 5 défaites consécutives pour terminer l’année
  • Fin de sa collaboration avec son coach, Thomas Johansson le 5 novembre
  • Classement ce 6 novembre : 14e joueur à l’ATP

Une saison coupée en deux

2020 avait plutôt bien commencé pour David, en Australie, à l’ATP Cup, avec trois victoires en quatre rencontres. Dont une victoire face à Rafael Nadal. De quoi bien débuter l’année et surtout se préparer de la meilleure des manières pour l’Australian Open. Le premier Grand-Chelem de la saison où David s’est arrêté en seizièmes de finale, battu par Andrei Rublev, après avoir battu Jérémy Chardy et Pierre-Hughes Herbert. Une déception mais pas une catastrophe : Rublev était clairement l’un des hommes en forme cette saison !

Avant le coup d’arrêt dû à la crise sanitaire, Goffin a disputé trois autres tournois (tous sur dur). Ceux de Montpellier, Rotterdam, et Marseille. Pas de coup d’éclat mais rien d’inquiétant non plus. Trois matches à Montpellier, deux aux Pays-Bas et un seul à Marseille, en deux sets face à Gerasimov. Cette dernière défaite restait malgré tout une petite surprise et une déception. D’autant plus qu’après cela, une longue période sans match s’annonçait. Bilan de la première partie de saison, 13 rencontres et huit victoires.

La crise sanitaire passe par là

Le 14 juin, retour sur les courts pour David après près de quatre mois d’arrêt. Pas encore de tournoi officiel mais une compétition exhibition, l’UTS Championship. Goffin y disputera tout de même dix rencontres (5 victoires, 5 défaites), de quoi se remettre dans le bain et retrouver un peu de rythme. Le "vrai" retour à la compétition du Belge se passe à Cincinnati : une victoire face à Coric, une défaite en trois sets face à Struff. Toujours pas idéal, mais focus sur l’US Open, dans des conditions très particulières.

Malgré tout, David n’y réalise pas un mauvais tournoi, avec son meilleur résultat en Grand-Chelem cette année, un huitième de finale. Trois victoires, face à Opelka, Harris et Krajinovic. Son élimination est le fait de Shapovalov. Une première défaite d’une série de cinq qui le mèneront à la fin de sa saison.

Un seul match ensuite à Rome, Roland-Garros, Anvers et Paris-Bercy.

Il faut bien avouer que David n’a pas eu de chance avec le tirage aux Internationaux de France en tombant sur Jannick Sinner, futur quart de finaliste, vaincu par Rafael Nadal. Mais le Belge semblait clairement marqué après cette période compliquée, éloignée des terrains.

Il a lui même avoué manquer de motivation. Alors si cela peut choquer, on peut aussi comprendre le fait que David Goffin est et restera un joueur sensible, introverti. Et en cette période trouble, même les plus privilégiés peuvent éprouver certaines difficultés.

Il était en tout cas temps que cette saison se termine pour David. Alors que paradoxalement, il occupe toujours la 14e place à l’ATP, ce qui est tout à fait honorable.

Malgré tout, Goffin avait besoin de repos mais aussi de changement. Ce qui s’est concrétisé par la fin de sa collaboration avec Thomas Johansson, son coach depuis février 2018. Et si cette saison est à oublier sur beaucoup d’aspects, elle peut aussi être riche en enseignements pour se remobiliser et ne pas reproduire les mêmes erreurs. D’autant que le début de saison suivante sera inévitablement chamboulé, lui aussi. Un nouveau coach et de nouvelles perspectives, voilà ce qui attend David Goffin, en espérant que 2021 efface rapidement ses mauvais souvenirs d’une année compliquée.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK