David Goffin : "Nous aurons une relation de totale confiance avec mon nouveau coach, Germain Gigounon"

David Goffin
David Goffin - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

David Goffin a donc confirmé ce que tout le monde avait deviné, son nouveau coach est Germain Gigounon. L’ancien joueur binchois, qui a arrêté sa carrière de joueur il y a deux ans, succède à Thomas Johansson. Il a déjà travaillé avec Yanina Wickmayer et Ysaline Bonaventure, et là, il se lance dans une nouvelle aventure, auprès d’un top 15 mondial.

David Goffin va entamer 2021 sur de nouvelles bases. En tournant une page, sur une saison très compliquée pour lui. Il a l’ambition de retrouver l’envie et la motivation, aidé par quelqu’un qu’il connaît particulièrement bien, et qui est l’un de ses meilleurs amis.

Entretien…

David, expliquez-nous ce choix, de prendre Germain comme coach…

Il m’avait déjà un petit peu aidé, lorsque j’étais en Belgique, juste avant le tournoi d’Anvers. Et je trouvais que cela se passait bien. Je lui ai donc demandé de devenir mon entraîneur permanent, et il était partant. Je suis ravi qu’il puisse m’aider. Je le connais depuis toujours, et il me connaît par coeur. Il m’a connu quand j’étais au top de ma forme. Il sait ce que je fais de bien, et ce que je fais de moins bien. On va partir de ça, on va revenir aux bases, pour retrouver ce plaisir, cette motivation, et ce jeu qui faisaient que j’étais mieux sur le terrain, à un moment.

Rappelez-nous depuis quand vous vous connaissez, et depuis quand vous êtes amis…

On se connaît depuis qu’on a intégré l’AFT, l’Association Francophone de Tennis. On était dans la même chambre, au tennis-études de Mons, quand on a commencé, vers douze ans. Mais avant cela, on se voyait déjà dans des tournois de jeunes. On avait même joué l’un contre l’autre. On a fait nos classes ensemble, à la Fédé. Et quand on a commencé à jouer des Futures et des Challengers, on a toujours été proches l’un de l’autre.

Vous êtes amis, mais qu’est-ce qui vous a convaincu d’avoir cet autre type de relation, celle d’un joueur et de son coach ?

On a discuté. Je voulais voir s’il y avait un réel projet, et si lui était intéressé par le mien. A bientôt trente ans, je voulais faire le point sur mes envies, sur la façon dont je voulais repartir, sur quoi, avec qui, et comment. Germain a déjà fait ses preuves, lors de ses premières années comme entraîneur. En discutant avec lui, j’ai constaté qu’il avait une bonne lecture de mon jeu, de ce que j’étais, et de ce qu’il fallait travailler. Et cela m’a plu. Il n’est pas que mon ami. On a vraiment un projet. On est là pour bosser, et j’espère que cela va bien se passer.

Etre amis, c’est une chose. Mais entre un joueur et son entraîneur, la relation est différente. Il y a parfois des choses pas forcément agréables qui doivent être dites…

Oui, on en est conscients. Et justement, j’ai envie qu’on puisse se dire les choses, quoi qu’il arrive. Le bon et le moins bon. On va partir là-dessus. On sait que parfois, ce ne sera pas facile. Mais je pense que ce qui peut faire notre force, c’est qu’on n’a vraiment rien à se cacher. On va avancer comme cela, avec les idées claires, en totale confiance l’un envers l’autre. Ce sera la meilleure manière de progresser et de travailler. On fera la part des choses, entre le boulot et l’amitié. Ce sera une première, pour lui comme pour moi, d’avoir cette relation coach/ami. On y croit beaucoup, et je suis sûr que cela va fonctionner.

Germain n’a pas beaucoup d’expérience comme coach…

Non, mais il est comme un apport d’air frais, qui peut déjà me faire énormément de bien. Après, il a une bonne vision du tennis, et c’est un entraîneur ultra-passionné. Même s’il est jeune, on voit qu’il a déjà une grande maturité à ce niveau-là. Les deux ans qu’il vient de faire comme coach sur le circuit lui ont apporté beaucoup de choses. On verra ce que cela donnera, mais je pense qu’il a toutes les qualités pour être un top-coach.

Quels sont vos objectifs principaux pour 2021 ?

J’ai bientôt trente ans, et il y a une grande partie de ma carrière qui est derrière moi. Mais ma carrière n’est certainement pas finie. Le premier objectif sera évidemment de retrouver ce goût du jeu, cette combativité, ce plaisir dans la bagarre, ce timing dans mes coups, ce fighting spirit, qui me faisaient bien jouer, quand je réussissais mes meilleurs résultats. Je dois revenir aux bases. Et cela commence par une bonne préparation, physique notamment. Ce sera vraiment important, pour bien commencer l’année. Je n’ai pas encore d’objectifs, en termes de classement. Il est trop tôt pour parler de cela. Les objectifs vont venir petit à petit.

Est-ce que Germain a déjà apporté un peu de nouveauté à votre tennis ?

Il avait un revers à une main, mais il ne m’a pas converti au revers à une main, ça c’est sûr (rires). On travaille beaucoup sur le physique, en ce moment, puisque c’est le début de la préparation pour la nouvelle saison. Mais on revient aussi aux bases, en travaillant mon revers, qui était un peu moins bon ces derniers temps. Et on travaille sur ce qui était ma force, la prise de balle tôt. On fait quelques petites adaptations techniques, mais que vous ne verrez pas à l’oeil nu. Mais comme je le disais, on bosse surtout le physique, et le tennis viendra d’ici peu de temps. Il y a un travail à faire au niveau du service, pour avoir une meilleure deuxième balle, tout en gardant une première balle très efficace, avec un meilleur pourcentage. Et il ne faudra pas oublier de travailler un peu plus la volée, pour venir plus souvent au filet à contretemps, lorsque les coups de fond seront très solides et agressifs.

C’est un sacré défi pour lui aussi, qui n’a pas connu de deuxième semaine en Grand Chelem, par exemple, de travailler avec un joueur du top 15…

Oui, bien sûr, c’est un beau challenge et un beau projet pour lui aussi. Moi, j’avais envie de travailler avec lui, mais je pense que chaque entraîneur rêve aussi de travailler avec un joueur qui a fait partie du top 10, et qui a l’ambition d’y entrer à nouveau. Après, ce n’est pas tout de le dire, il faut mettre les choses en place pour le faire. Et je crois qu’il est prêt pour cela. Et, il est déjà venu me voir, quand j’étais en deuxième semaine de Grands Chelems. Donc, il a déjà fait des deuxièmes semaines de Grands Chelems (rires)…

Ecoutez David Goffin...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK